Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 10:06

...où comment je me suis lassée

Fan de shoujo ai : vous évoluez mais les mangas, eux, n'évoluent pas. La jupette d'écolière, à quinze ans vous trouvez ça classe, à 22 ans attendrissant, à 30 c'est gonflant.  Voilà peut être pourquoi après une mode shoujo ai, le soufflet retombe petit à petit.

Je dois vous l'avouer : je n'ai pas vu la fin de Maria Sama Ga Miteru !
Peut être que c' est une période dans ma vie où j'ai moins de temps, moins l'envie, moins le loisir de visionner des mangas...mais il n'y a pas que ça.

Ma vie quotidienne m'indique que le monde, les mentalités changent petit à petit vis à vis de l'homosexualité...mais quand on en vient à la représentation, on a l'impression de faire face à une  grosse machine qui peine à bouger. De ce fait, on a d'un côté des jeunes enthousiastes à la vue d'un bisou entre filles ou d'un personnage de série qui le serait, et de l'autre des adultes plus blasées qui déplorent de n'avoir jamais vu que ça. Et puis, au delà de ces questions de relations amoureuses, baisers, étreintes, si longtemps éludés à l'écran comme dans notre culture...se pose la question de la qualité.

Representation lesbienne dans les produits culturels ( au sens le plus large possible du terme ) et qualité vont rarement bien ensemble , on pourrait presque dire que cela se compte sur les doigts des deux mains. Les mangas n'échappent pas à cette règle.  Il y a quasi generalement un trop ou un trop peu quelque part :  entre la perverse foldingue et la cruchotte en délire romantique permanent , je connais peu de filles qui se retrouvent quelque part.

Alors bien sûr...Shizuru, Haruka, l'autre brunasse amatrice de flûtes de Kannaduki no miko dont j'ai oublié le nom sur le moment  (*sourire sadique*), la tripotée d'Onee Sama charismatiques bien que souvent très chastes et peu tactiles, ou les guerrières surpuissantes peu portées sur la gente masculine...mais est ce que ça n'existe pas une histoire simple de deux personnes de plus de 18 ans, qui s'aiment sans questions metaphysiques ou sans un boulon en moins ? ( non, on ne pense pas "oui mais y'a plus d'histoire alors" , on pense positif et on se dit qu'en fait ce sont des agentes secretes surpuissantes qui ont perdus la mémoire et qui, sur le chemin de la vérité, vont la retrouver et s'apercevoir qu'en fait elles sont ennemies ... )

Jusqu'à présent, en dehors de quelques rares couples phares, qui semblent éternels, bien que leur âge ou leur comportement permettent quasi toujours un doute...on sait que c'est "juste une passade". Du coup, entre le "oh mon dieu j'aime une fille c'est un drame" et le "de toute façon c'est pas pour la vie" , on retrouve nos chers extrêmes : "c'est gravissime et vous irez toutes en enfer" , ou "c'est pas grave c'est des filles qui s'amusent". J'en viendrais presque à preferer le subtext qui permet, au moins, d'écrire son propre scénario.

Et maintenant qu'est ce que je fais ? Et bien, je me concentre sur la qualité. Tant pis si il n'y a pas l'atout charme d'une donzelle charismatique aimant les femmes ou la chaleur d'une romance partagée. J'ai toujours le radar bien branché cela dit ... mais s'il faut attendre l'arrivée d'une nouvelle Ebine Yamaji , je crois qu'il y a de quoi patienter.


Partager cet article

Repost 0
Published by Minipoussin - dans Articles
commenter cet article

commentaires

Asmodeas 06/02/2011 21:33



C'est apres avoir regardé maison close tout le dimanche que j'ecris ce petit commentaire donc je ne suis peut etre pas au mieux de ma santé mental..


J'ai aussi eu ce sentiment étrange et pénétrant que ca sentait la roussette pour contenter mes envie de yuri et las, j'ai stoppé toute scan lecture pendant presque 2 ans (ou 3 ? ~~ ) ...Et c'est
a 30 ans tout rond ( la crise ? ) que je m'y suis Okazu repenché. La seule chose qui change c'est nous !  (jme suis fais les maria sama 4 et c'etait pas si mal ) au fond ya toute sorte yuri
et pas que des ecoliere a jupette c'est juste que des fois faut faire reposer la pate pour qu'elle monte.


Et puis tant qu'il y a de l'Hayashiya il reste de l'espoir.



Silveda 01/07/2010 18:01



Sasameki Koto a déjà été cité, on peut enchainer avec Aqua Blue Cinema, Aoi Hana, Chatting at the amber tea house (malgré des passages surtout comiques ), et beaucoup d'autres.


Alors certes certaines héroïnes de ces héroïnes sont assez jeunes, mais ça correspond à mon sens tout à fait à la demande exprimée dans l'article de manga traitant de la vie quotidienne, sans
fioritures.


Dans un domaine plus réaliste, on a aussi le très bon (et autobiographique ) honey & honey scanlaté par Lililicious.


J'aime beaucoup Ebine Yamaji mais j'ai un peu du mal à comprendre la façon dont elle est placée sur un piédestal par beaucoup (pas seulement sur ce blog, c'est une constatation générale ). C'est
la première auteure du genre publiée en France, mais ce n'est pas la seule de son espèce, loin de là. En plus de ce que j'ai déjà cité, on peut voir, dans ce qui est publié en France,
Blue de Kiriko Nananan.


Bref, à part ça je trouve ce blog fort sympathique :)



Pam 08/12/2009 17:59


Bonjour minipoussin,

Je m'apperçois avec plaisir que tu continues ce blog malgré tout.
Concernant les séries yuri intelligentes, je te conseille fortement Aoi Hana qui a été diffusée en début d'année.
Cette série est l'adaptation d'un manga qui existe aussi en traduction française (sous le titre de "fleurs bleues").

Il s'agit d'une histoire très réaliste, un poil lente, d'une lycéene, qui s'identifie véritablement comme lesbienne, et ses histoires d'amour pendant l'année scolaire. Certaines sont ratées,
d'autres résultat de frustrations, mais en regardant la série je me disais que j'aurais bien aimé avoir ce genre d'histoires dérisoires au lycée.

Pas de pouvoirs magiques, pas de onee-sama, juste des lycéenes qui n'ont pas l'air de chaudasses... d'ailleurs la plupard sont plates comme des planches à pain :) Le cadre est une banlieue
balnéaire de Tokyo et les décors sont magnifiquement restitués.

A voir.


June 07/11/2009 23:49


Bon,

Je dois dire que je vis la même chose que toi. Qu'il était bon le temps où je découvrais le shoujo-ai, lorsque je m'étais bêtement dit "les japonais sont beaucoup plus ouverts sur la question
alors!".

Bien sur, ça lasse de les voir rougir quand elles se regardent sans piper mot. Ca lasse d'autant plus quand lorsque l'on a droit à un baiser c'est sur fond d'adolescence.

C'est tellement lassant que je regarde un épisode et puis j'arrete. Ca me gave.

Restent les manga, qui sont plus intéressants...ou encore les drama qui laisse entrevoir des possibilités de changement.

Allez minipoussin, jette un coup d'oeil au scantrad de lililicious,

tu pourras y trouver ton bonheur!


DayDreamer 01/11/2009 16:18



Cela fait un moment déjà que j'ai lue plusieurs sujets sur ce blog (je le trouve vraiment intéressant) et j'attendais une occasion pour m'exprimmer.
Déjà, je dois avouer que je serais pas autant intéressée par le Yuri si je ne t'avais pas lue Minipoussin.

Je suis d'accord avec la majorité (car il y a une minorité? ah tiens...) Concernant l'histoire des collégiennes naïves qui rêvent encore du Prince charmant (ou de la princesse charmante) *tousse*
Kuu *tousse*, c'est vrai que je ne vois plus tellement de filles qui agissent ainsi. Mais il s'agit surtout de fantaaaasme qu'écrit et/ou dessine l'auteur...mais c'est lassant. Y a rien de
réaliste que tout le monde dans une école catholique soit attiré par les filles et que ça choque personne ni qu'on parle pas d'homosexualité. Si justement on recherche plus dans la qualité, c'est
bien parce qu'on a gagné en maturité et qu'on est au courant qu'on ne s'appelle pas Himeko et que il n'y aura pas une jeune femme aux cheveux bleu (oui, pas brun, BLEU) qui va nous protéger et
s'enticher de nous pour notre beautiful smile who's bright like a sunshine.

Mais nan, on a surtout droit à des histoires de collégiennes/lycéennes dans un établissement qui sent le renfermé où on a droit à des "Onee-samaaaaaaa" toutes les quat' secondes dans un Univers
qui se veut dramatique (voir l'histoire de Shizuma de Strawberry Panic). Ce serait quand même autre chose de voir des filles banales (comme vous et m... comme vous) qui évoluent dans un Univers
plus hétéro... enfin, le nôtre, quoi. Non, c'est mignon le truc du collège, mais quand même...

Qui est arrivé à s'identifier à Hikari de Strawberry Panic ici?

...

Personne? C'est bien ce que je me disais.



Articles Récents

Pages

Liens