Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

4 décembre 2007 2 04 /12 /décembre /2007 02:14

S'il y a bien un element terriblement constitutif de la flamme des fans de shoujo ai , c'est le subtext. 
Le subtext, c'est quoi ? 
Pour dire simplement : c'est l'ensemble des messages envoyés volontairement ou non au spectateur pour que l'oeil averti comprenne qu'il y a baleine sous rocher dans une situation apparamment "innocente".

La culture homo est intimement liée à cette notion de "subtext" dans la mesure où, dans des temps pas si lointains, il n'était pas de bon ton de montrer trop ouvertement des amours entre personnes de même sexe. Ainsi, les réferences à l'homosexualité se trouvaient dans des paroles, images, situations, qui restaient invisibles aux censeurs mais pas au public homosexuel.
De la même façon, dans un domaine aussi graphique que les animés et mangas, une large place est souvent alléguée à cette notion de "subtext" , dans un cadre beaucoup plus large : l'idée n'est pas forcément de toucher un public homosexuel, mais simplement de faire des "clins d'oeil" au lectorat, ou tout bêtement, de parvenir à ratisser large du côté du public ( sachant que le public "large" du Yuri est plutôt constitué d'hommes, et inversement, le public du Yaoi, de femmes ) 

Ainsi, lorsque l'on parle de shoujo ai , on parle souvent de ces elements à décoder qui nous mettent sur la piste d'une relation lesbienne non démontrée ( si on fait le compte, le nombre de relations lesbiennes effectives est réduite à peau de chagrin lorsqu'on se contente des faits ) 

Shizuru et Natsuki

Le phenomène Shizuru/Natsuki ( Mai Hime/Otome) est une preuve de la force du subtext .

Dans la série Mai Hime, il est clairement montré que Shizuru est amoureuse de Natsuki, mais rien dans le premier degrès ne permet d'affirmer que ces sentiments sont partagés ( plutôt le contraire puisque Natsuki explique à Shizuru qu'elle ne peut l'aimer "comme elle le desirerait"  )
Demandez cependant à la plupart des fans s'ils remettent en cause l'existence réelle de ce couple...ils répondront que leur amour est évident. La force du subtext dans Mai Hime est ainsi suffisante pour que ce qui a été "perçu" dépasse ce qui est effectivement montré, à tel point qu'il paraît difficilement envisageable qu'il puisse en être autrement.
A partir de là, pour expliquer ce sentiment, on décode : les paroles, les images, les situations.

img143/3206/bscap0012ip3.jpg



Les deux scènes les plus marquantes en terme de subtext sont celles où Natsuki comprend que Shizuru est son être cher, ce qui lui permet de retrouver ses pouvoirs disparus ( si l'être cher n'est pas forcément lié à un sentiment amoureux, il s'agit tout de même d'un sentiment suffisamment fort pour que sa perte soit synonyme de "mort" ) et surtout, lorsque Natsuki indique à Shizuru que la taille de son child est directement liée aux sentiments qu'elle porte à son être cher ( Le child de Natsuki étant à ce moment là de taille équivalente à celui de Shizuru ). A cet instant, Shizuru répond "Tu me hais à ce point ?" ... alors que le spectateur a déjà compris qu'il ne s'agissait absolument pas de haine.
Ajoutés à d'autres elements disseminés dans l'histoire, le message reçu par le spectateur attentif sera celui d'un amour partagé malgré les elements "évidents" du scénario. La confrontation entre ce qui est ressenti et ce qui est compris créé au final une frustration terriblement addictive qui pousse à vouloir en savoir plus, à les voir plus, et surtout à tout faire pour que cet amour manqué n'en soit plus un ( fanarts, fanfictions, suivi systématique des autres saisons ou séries impliquant les personnages etc. )

Noir / Madlax 

Sans doute les séries suscitant le plus de débats sur les forums : quel est le lien qui unit Kirika et Mireille (Noir)  ? Peut on considérer Madlax comme une série "shoujo ai" ? 

Si on me demande mon avis, je répondrais "oui" ... je connais pourtant de nombreux fans de shoujo ai qui répondront "non"

img528/3793/screenshotspoilerqk7.jpg



La force du subtext se trouve ici dans ceci : on voit ce que l'on veut voir, et il n'est pas plus possible d'affirmer que d'infirmer. Très bonne pioche pour les producteurs, tout le monde est content.

Dans Noir, aucun échange de parole, aucune scène évidemment "romantique" ne permettra d'affirmer que Mireille et Kirika partagent un lien qui dépasse celui d'une amitié très forte. Il n'y a pour autant pas plus d'elements indiquant le contraire...et le reste se joue dans la lecture que le spectateur aura des elements.

Amusons nous avec notre ami le subtext 

Dans certains cas, nous voyons ce que nous voulons voir/ne pas voir, dans d'autres BOUDIOU c'est évident ( sous titré : m'enfin t'as du caca dans les yeux ? C'est évident ... le sandwitch qu'elles partagent, tout ça ).

Decrypter les images devient  parfois un exercice de haute voltige intellectuelle qui n'est pas sans rappeler nos laborieuses analyse de texte du lycée , mais dans une version beaucoup plus amusante ( paragraphe trois, ligne deux, lorsque Victor Hugo dit "barbapapa" en réalité, cela renvoie à l'image du père, blablabla ). Ainsi, dans Madlax, la tension sexuelle entre Rimelda et Madlax est sous entendue par leurs duels d'armes à feu , et, de plus intensifiée par l'obsession de Rimelda vis à vis de Madlax ( ce qui n'est pas sans rappeler le subtext gay employé dans de nombreux westerns où les flingues étaient employés comme substituts phalliques ) 
Donc Madlax contient bien du shoujo ai ... même si c'est bien plus subtil que de se faire sauter dessus au fin fond d'une chambre de pensionnat par une prédatrice aux hormones surdeveloppées ( je n'ai rien contre cela dit...hu hu ) 

Subtext...mon amour 

Grâce à notre ami le subtext, on peut voir du shoujo ai partout : Claymore, Azumanga Daioh, Haibane Renmei, Rozen Maiden, Nana peuvent alimenter vos fantasmes shoujoaiesques sans complexe car vous trouverez toujours quelques amis de bons goûts pour suivre votre point de vue ( bon , surtout sur les forums shoujo ai et si les caillasses ont bien été préparées avant ) 

img528/3955/staywithmeforeverbyaelidw2.jpg



La communauté des amateurs de subtext vous accueillera dans une ambiance chaleureuse pour deviser amplement sur la relation Jeanne/Claire (Claymore), sur les elements prouvant immanquablement l'homosexualité de Nana et Hachi ( ex : Hachi collectionne les hommes parce que la seule personne qui lui convienne est une femme , héhé ) , ou encore sur les habitudes culinaires des héroïnes de Bee Train.

Si ce petit plaisir est généralement agrémenté de moults fanarts prouvant notre juste vision des choses, il ne serait rien sans cette satisfaction supplémentaire que de faire face à la communauté d'aveugles qui vous soutiendront jusqu'aux heures les plus profondes de la nuit que C'EST DE L'AMITIIIEEEEEEUHHHHHHH sous le pretexte fallacieux qu'aucun roulage de pelle ou pelotage de nichons ne se sera présenté à leurs yeux.
Ces malheureux mécréants se livreront à ce moment pieds et points liés à votre argumentaire implacable de litteraire frustré, avec , en prime , la satisfaction de toujours les voir abandonner le débat avant vous.

Subtext...je te hais

S'il est un plaisir délectable que de se sentir plus sensible ou plus intelligent que les autres en percevant LE truc qui leur aura échappé....il faut bien avouer que, toute personne subtile et de goût que nous puissions être, il peut arriver, en des heures tardives et en fonction de la température ambiante, de rêver à un peu d'ACTIONNNNNNNN. 

img247/9936/1172839686089jr0.jpg



Peut être est il charmant de rechercher le message caché contenu dans la scène où Sumire offre des fleurs blanches à Lucia ( Venus vs virus ), mais notre immonde nature animale souhaiterait, il est vrai, voir la charmante demoiselle en nuisette inspirer des sentiments un peu moins purs à sa partenaire de scénario.
Clare pourrait décider d'interchanger Raki et Jeanne lors de leur étreinte ultime pour mieux se la reserver pour plus tard ... Mireille pourrait embrasser à pleine bouche Kirika plutôt que de deviser sur laquelle à le plus beau flingue ...Arika pourrait employer  à bon escient les cours de massage prodigués par sa sempaï Nao ... et surtout, Natsuki pourrait ne pas être une totale handicapée affective.

Il reste que nous y perdrions sûrement quelque chose malgré tout ... un peu de cette sensibilité qui nous oriente généralement vers les animés et mangas. Pour le bourrinage , on pourra toujours regarder L Word.

Repost 0
Published by Minipoussin - dans Articles
commenter cet article
1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 18:00

Ice

Série de 3 OAV's - non licenciée en France

L'histoire

Suite à un étrange facteur contaminant, toute la population masculine de la planète a été effacée de la surface du globe. Les femmes, ne pouvant se reproduire, sont vouées à l'extinction.
Dans ce qu'il reste du Japon, deux camps s'opposent : l'un, fataliste, qui a décidé d'accepter le funeste destin de l'humanité, l'autre, cherchant dans la technologie des moyens d'assurer la reproduction de l'espèce. C'est dans cet univers apocalyptique qu'Hitomi et Yuki se rencontrent...

img89/1781/bscap0097gp0.jpg


Hitomi, l'expérience et Yuki, l'innocence

img521/9515/bscap0107fz0.jpg


Avis 

On pourrait qualifier ICE de série d'anticipation écolo-apocalyptique. Passé et futur se mélangent et se croisent au sein d'une terre de desespoir où le bien être n'existe pas. J'avoue que je n'ai pas forcément tout compris de l'intrigue générale ( en tout cas, je n'ai pas saisi les subtilités du scénario au premier visionnage...et contrairement à Simoun, je n'ai pas encore eu le courage de voir une seconde fois la série ), ce qui fait que mes impressions resteront globales.


L'ambiance de l'animé est assez glauque et sombre, et en tout cas, définitivement adulte. 

Le monde dans lequel évolue les personnages est tellement toxique qu'il en a perverti les âmes survivantes. Hitomi, capitaine d'expérience à l'âme chevaleresque et torturée, va pourtant croiser la route de Yuki, adolescente débordant d'innocence, malgré les habitudes dévoyées de son clan. Comme souvent, les bons sentiments devraient être les armes qui permettront peut être de trouver une issue positive à l'évolution de cette planète "pourrie" par l'Humanité.
 
Les femmes, seules survivantes, ne gèrent pas le monde de façon différente des hommes : dans ICE, tous les comportements existant dans une société sexuée continuent d'exister. Je ne pense pas que les scénaristes avaient prévus de faire une démonstration de la repartition des genres comme celle d'un élement purement culturel, il en résulte cependant cette projection : femmes ou hommes, c'est pareil. Ce qui change ici , c'est que sans les hommes, point d'enfants...et sans enfants, c'est la mort assurée.

img89/4285/bscap0091ky2.jpg



Je retiens cependant les remarques hypocrites des femmes soldats concernant leurs armes " outils de destruction légués par les hommes" ... oui mais, ne les utilisent elles pas de la même façon ?


Les relations lesbiennes dans ICE

img89/8964/bscap0103zc2.jpg


Qui dit monde de femmes dit sexualité lesbienne. On retrouve tout de même cette vieille opposition moraliste entre sexe et romance.
La sexualité est essentiellement présentée ici sous une forme pervertie et négative...ce qui pousse d'ailleurs Hitomi a repousser les avances de Yuki lorsqu'elles se rencontrent ( pour Yuki, c'est un bon moyen de se "lier" , la sexualité étant très libre dans son clan, tandis que pour Hitomi, elle n'a aucun sens sous cette forme dénuée de sentiments réels). Le discours est clairement moraliste : la sexualité n'a de sens que lorsque les sentiments y sont liés.
Ceci étant dit , ICE est bien evidemment un animé Yuri qui, il faut le dire, traite de sujets un peu plus matures qu'à l'ordinaire. 

img89/4199/bscap0087az0.jpg


En Bref : 

Interessant à voir, même si un peu brouillon. ICE pourra rebuter les fanas des séries "adolescentes" au romantisme exacerbé. Je retravaillerais peut être la fiche si, au détour d'un second visionnage, je comprends davantage le fond de l'histoire.

Note globale : 7/10  ( points au dessus de la moyenne pour l'originalité et pour le Yuri )

Repost 0
Published by Minipoussin - dans Shoujo Ai - Yuri
commenter cet article
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 20:49

AMV de SugarCafe 

 

 

Repost 0
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 11:04

Hello ! 

Vous l'aurez sans doute remarqué : le design du blog a quelque peu changé depuis quelques jours. Une envie de renouveau et de dépoussierage.

Le blog existe maintenant depuis près de deux ans et il me semblait necessaire d'effectuer quelques changements. Déjà, j'ai mis à jour le "plan du blog" pour permettre de trouver plus facilement l'info recherchée.
Les anciennes rubriques "Animés shoujo ai" et "BD/Mangas/Comics Shoujo ai" ont été fusionnées en une seule catégorie comprenant tous les titres et séries du genre traitées sur le blog.
J'ai aussi renommé d'autres catégories pour rendre plus clair leur contenu.

La catégorie "Simoun" devrait disparaître au profit d'un album d'images , auquel s'ajoutera un album pour El Cazador.

Plusieures fiches sont en projet : Ice, Yuri Monogatari, Works et Rica te Kenji , une fiche récapitulative des liens vers des web comics lesbiens et peut être des articles supplémentaires sur le glorieux monde du shoujo ai/ Yuri

La série du moment : Blue Drop

Et toujours : le forum, qui a pris de nouvelles couleurs et modifié ses rubriques , ainsi que la boutique qui suit son petit bout de chemin.

img519/4066/4222za5.jpg
Repost 0
Published by Minipoussin - dans Journal
commenter cet article
19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 17:48

Fun Home : Une tragi comédie familiale 
De : Alison Bechdel 
Editions ( en français) : Denoël Graphic
 

img519/1226/funhomevi8.jpg



Fun Home est un récit autobiographique sous forme de bande dessinée. Alison Bechdel, auteure du celèbre strip comic " Dykes to watch out for" , revient ici sur son enfance et surtout sur son rapport avec son père. Le récit s'apparente à la quête de cet être perdu et finalement, mal connu. Au détour de la découverte d'un secret familial bien gardé, l'auteure s'interroge sur la notion de transmission : son père ne lui a t il pas légué plus que ce qu'elle pouvait penser ? 

img519/8256/funhome01kf8.jpg



Avis : 

On se plonge ici dans l'analyse très complète d'une histoire familiale, du lien entre une fille et son père...qui évolue au fil du récit. Si j'ai trouvé l'ensemble assez froid ( très très analytique et peu expressif ) , une telle recherche ne peut qu'être une déclaration d'amour faite à quelqu'un qui n'est plus là. Une façon de dire "je t'ai compris" au monde entier à défaut d'avoir pu le dire à une personne.

Cependant, malgré la qualité indéniable de ce comic, malgré son intelligence et sa subtilité...j'y suis restée globalement de marbre. Trop de complexe d'Oedipe...trop de "mon père", trop de psychanalyse en direct ( je n'y suis pas opposée du tout, mais parfois, je me suis dit que je n'étais pas son psy non plus ). Je pense que la façon de percevoir le recit est intimement lié à notre propre expérience personnelle...et en ce qui me concerne, même si on parle de rapports pudiques, même si on parle d'homosexualité, de famille, d'histoire familiale, je n'arrive pas à me sentir concernée. Question de sensibilité, je n'ai par ailleurs lu que d'excellentes critiques sur cette parution.

Il m'est donc difficile de prendre position. Je dirais : lisez le , car cela ne pourra qu'elargir votre horizon, vous permettre de connaître quelque chose de différent, qui ne se lit pas tous les jours. Mais je ne dirais pas : vous aller aimer/adorer/vous ennuyer/detester ... parce que cela tient à trop d'élements personnels. 

Ma note : 7/10

Repost 0
Published by Minipoussin - dans Comics
commenter cet article
19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 17:46

AMV de Silvyko 

 

Repost 0
Published by Minipoussin - dans Journal
commenter cet article
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 07:39

Une Amv sympa de AzuGirl89  sur Azumanga Daioh 

 


 

Repost 0
Published by Minipoussin - dans Journal
commenter cet article
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 04:28

26 épisodes - série non licenciée en France

 



L'histoire

Dans le pays de Kamiatsura se déroulent d'étranges évenements liés au rassemblement soudain d'êtres surnaturels. Au début de l'histoire, le jeune Touka fait ses adieux à sa mère, avant de disparaître.
Que s'est il passé à Kamiatsura pour en arriver à la disparition de Touka ? C'est en remontant petit à petit dans le passé que l'histoire délivrera ses clés.

img406/262/bscap0000np2.jpg



Avis sur la série: 

"Ga Bu Zo Meuh ???" voire "Gné ?" 
J'ai commencé à visionner Touka Gettan à cause de son lien avec la série Yamibou, en quête de quelques miettes de shoujo ai. Au final je me dis que j'ai eu bien du courage.

L'histoire se déroule de façon assez particulière , le début correspondant au dernier épisode et la fin au premier. Chaque épisode est une remontée dans le temps qui "devrait" permettre de comprendre l'intrigue. 

Seulement, il est difficile de comprendre une histoire qui paraît écrite sous exctasy. Globalement, l'interêt de Touka Gettan semble plutôt résider dans son ambiance "érotico soft" et le chara design plutôt sympa. Encore faut il adhérer à ce type de dérapages, dont certain d'assez mauvais goût voire frôlant le malsain ( le rapport de Touka avec sa mère a de quoi mettre mal à l'aise ) 

img406/4369/bscap0003ji2.jpg



Au final : Touka Gettan est une série avec de jolies filles, beaucoup de jolies filles...souvent dénudées et ne rechignant pas à prendre la pause pour le spectateur.

Le shoujo ai 

img127/2011/bscap0002sw3.jpg


Il y a bien quelques scènes shoujo ai mais rien ne justifiant de regarder la série dans son entièreté. Le but de ses attirances ou amours entre filles est essentiellement "coquin" , pour rester dans le ton général...rien de plus.
Mako a un interêt particulier pour sa sempai, Momoka, le personnage principal féminin.
La présidente de l'école ( et oui , encore une qui aime les filles ! ) est amoureuse de Mako
Deux des déesses présentes ont également un lien amoureux ( le seul qui montre une certaine concretisation , sans plus cela dit )

A part ça, circulez y'a rien à voir

A noter : l'apparition de Hatsuki ( Yamibou ) et de ses comparses dans l'épisode 14

En Bref  : Je ne conseille pas

Note globale : 4/20

Repost 0
Published by Minipoussin - dans Titres et séries autres
commenter cet article
2 novembre 2007 5 02 /11 /novembre /2007 01:26

Il m'arrive souvent au détour d'un article de pointer du doigt les petits fétichismes fan service des otakus masculins qui sont, il faut le dire, généralement bien servis de ce point de vue, à coup de soubrettes, petites culottes et heroïnes bien pourvues par la nature. Cependant, nous les filles qui aimons les filles , sommes nous exemptes de ces petits "écarts de conduite" fétichistes ?

Je me propose ainsi de faire une petite liste non exhaustive des personnages ou situations récurrentes qui nous feraient frétiller les ovaires, ou , sans aller jusque là, allumeraient la lanterne rouge de notre radar à shoujo ai. Il est temps que la vérité éclate au grand jour   : 

Les situations :

- Le lycée pour jeunes filles  : plusieurs centaines de filles réunies dans un même lieu au quotidien, c'est plus qu'il n'en faut pour sentir le shoujo ai à plein nez. Ajoutons l'option "pensionnat" au tableau et le nirvana otakesque sera à son apogée ( car cela signifie en prime : filles partageant une chambre, pyjamas parties, errances nocturnes dans les couloirs et défilés de sous vêtements ). 
Si un professeur, un directeur, ou n'importe quel cousin/grand frère/ amour d'enfance vient pointer le bout de son nez, il ne méritera forcément que des caillasses pour cassage de joie éhonté.
References : Maria Sama Ga Miteru , Strawberry Panic, Mai Otome

 

img527/3701/1105443714581ji8.jpg

 


- Le groupe d'heroïnes : avec un ensemble de filles en grappes, il serait fort étonnant que le radar à shoujo ai pointe sur zéro...en creusant un peu, y'aura bien un ptit truc à se mettre sous la dent non ? Et puis si c'est pas évident, l'imagination donnera un petit coup de main à l'ensemble.
References : Sailor Moon, Azumanga Daioh, Red Garden, Claymore

 

 

img337/8044/sailor20moon7uj0.jpg

Toutes ces filles dans Sailormoon, je dis que c'est louche

 

 


- Le duo d'heroïnes : Comment ça c'est de l'amitié ? On t'a demandé l'heure à toi ? Cette fois ci, il va falloir reserver les caillasses pour les casseurs de joies. C'est shoujo ai SI JE VEUX. Les signes ne trompent pas ( tu vois, Mireille et Kirika, dans l'épisode 122 à la douzième minute, elles partagent un sandwitch...je vois pas ce que tu peux avoir à redire à ça d'abord ! )
Références : Noir, Venus versus Virus, El Cazador, R.O.D.

img337/5779/1179064174247oy2.jpg

 



- Le shoujo ai presque decomplexé ( même si il faut une excuse pour qu'il y en ait ) : C'est pas grave si c'est fait pour plaire aux mecs, et pas militant pour deux sous, au moins on a de l'ACTION et on sait pourquoi on regarde.
References : Strawberry Panic, Re: Cutie Honey, Kashimashi Girl meets Girls, Kannazuki no Miko, Simoun, Mai Otome, Yamibou etc.

 

 

img233/2649/1144758571165mp3.jpg

 



- Pas un mec en vue ou  très loin ( reprend plusieurs catégories précitées ) : Chez la fétichiste shoujo aiesque ça veut dire "Champ libre ! " avec un radar dans le rouge. La première qui parle d'amitié se verra livrer un kilo de caillasses. De toute façon, les cruchottes, on sait bien qu'elles sortent d'un placard. Moi je dis "c'est louche", c'est obligatoirement un symbole militant pro lesbien en message codé pour que personne ne comprenne, sauf nous ( et Chikane ou Shizuma...en fait, c'est pas qu'elles aiment les cruchottes, c'est que ce sont les seules qui sont "out" ) 
References : Strawberry Panic, Simoun, Haibane Renmei, Ice, Azumanga Daioh


Les personnages :

- La brune ténébreuse ( voir l'article sur le sujet ) : Si les hommes "préfèrent les blondes" , en général, ce sont les brunes qui remportent le concours de popularité chez les femmes. La brune ténébreuse occupe donc une place de choix dans le top des personnages qui font monter la température, surtout lorsqu'elles ont une épée ou conduisent une moto. C'est pas original, mais on s'en fout.


- La méchante perverse ( voir l'article sur le sujet ) : "Elle est grande , elle est belle , elle est lesbi..." (oups, je m'égare) La méchante perverse où la femme qui fait ce qu'on aimerait bien faire ( torturer de la cruchotte à coups de rires sadiques suraigus par exemple ). La méchante est une femme libre et c'est une chose assez rare pour retenir l'attention. La soumission c'est pas son truc, et elle vit comme elle l'entend. Y'a de quoi faire des transferts.

- La lesbienne psychopathe monomaniaque ( abordée dans cet article ) : C'est pas de sa faute si elle est psychopathe, c'est parce qu'elle a trop souffert et qu'elle est folle amoureuse. C'est trop romantique. Bon ok elle tue des gens, elle les torture et les humilie...et alors ?  Ils l'ont forcément mérité.

 

 

img337/9629/bscap0003sb7.jpg



- La guerrière : Si elle est hétéro c'est forcément une erreur , ou alors c'est que contrairement à la cruchotte, elle n'a pas de placard dont elle peut sortir et ça créé la confusion dans son esprit.

- L'androgyne : Radar au rouge dès le départ. Elle aussi elle se trompe parfois de bord, mais on l'excuse, c'est sûrement du à son jeune âge. 

img233/8258/smsenshi003dm0.jpg


En voilà au moins une qui sait où elle en est :love:


- La femme de pouvoir : avec des lunettes et un tailleur c'est encore mieux. On rêve de se faire aboyer dessus par cette fausse dure qui a forcément un bon fond sous ses airs de dominatrix. C'est un peu l'équivalent de la brune ténébreuse avec une dizaine d'années de plus. Le coup du chien méchant qui n'aime que son maître, ça fait autant fondre que la psychopathe. 

- La chasseuse de filles : Elle surgit généralement de nulle part pour fondre sur sa proie dans l'ombre des couloirs de pensionnat. On aimerait toutes en connaître une, pour peu qu'elle ressemble à Shizuma ou Haruka.

Les objets et les tenues

- La moto : et qui dit moto dit combinaison moulante en cuir (  ...eeeeeeetttttttttttttt ouiiiiiiiiiiii ! ) Symbole de liberté et d'un petit quelque chose de rebelle et de sauvage, la moto semble en dire long sur celle qui la conduit...qui se trouve rarement être une mocheté disgrâcieuse en prime.

img504/9715/14ab8whnp6.jpg

Natsuki on l'aime pour sa BEAUTE INTERIEURE, boudiou !

 


- L'épée/le sabre : Symbole de ... heu ... ( Les claymores auraient elles aussi un truc à compenser ? ^ ^ ) Plus sérieusement, symbole de pouvoir et de force par extension. En général, il y a le costume traditionnel ou l'armure qui va avec pour ajouter la touche "classe" au personnage. Cela dit, un sabre dans les mains d'une Himeko, même en costume, ça ne fera jamais frétiller des ovaires lesbiens (ou alors je préconise une bonne psychanalyse ). 

- Le flingue : idem que l'épée, symbolise une forme de pouvoir et de force. On pourra ajouter la maîtrise de soi lorsque l'héroïne se trouve être une tireuse hors pair. Des filles et des gunfights, c'est tres guerrier sans le côté bourrin...bref, c'est sexy. ( ou "Sekuchy" selon Ellys dans El Cazador )

img337/7140/mireille2wo4.jpg



- L'uniforme : femmes flics, femmes militaires .... des classiques. L'autorité ça peut rendre toute chose ( "a vos ordres mdame, c'est demandé si gentillement...." ). On en revient aux femmes de pouvoirs. Cela peut aussi évoquer une forme de symbolique romantique lorsqu'il s'agit d'uniformes d'époque ( Lady Oscar, Utena...)

- La tenue traditionnelle : Yukata, kimono... Parce que c'est la classe là aussi, tout simplement (ex : "oh sainte shizuru, laisse moi me réchauffer à la lumière de ton aura classieuse" ). Manquerait plus qu'on nous gâche notre délire classieux à coup de vulgaire bout de chair exposé. Nous sommes au dessus de ça, voyons ! ( sauf si c'est un décolleté de tenue de moto , cf plus haut )

img527/540/chikanepo6.jpg
Repost 0
Published by Minipoussin - dans Articles
commenter cet article
24 octobre 2007 3 24 /10 /octobre /2007 21:45

Série de 26 épisodes ( non licenciée en France ) 

img138/7277/elcazador02sk4.jpg



L'histoire :

Nadie est une jeune et jolie chasseuse de prime maniant le pistolet avec brio. Sa nouvelle cible : Ellys, toute petite chose, à ramener morte ou vive, et représentant une énorme prime. Ellys est accusée de meurtre bien qu'elle n'ait aucun souvenir précis de l'evenement. D'ailleurs, Ellys ne semble pas savoir grand chose du monde qui l'entoure et qui devient terriblement menaçant pour elle, tous les chasseurs de prime du pays étant à ses trousses.
La jeune fille était jusqu'à présent abritée par une "sorcière" qui sera victime de cette chasse à l'homme. Avant de mourir, elle confie à Ellys une pierre aux vertues magiques, sensée permettre de mener les sorcières à une destination mythique : Wynay Marka. Nadie, décidée à garder sa captive en vie, promet à la vieille dame de veiller sur Ellys jusqu'à ce qu'elle la remette à son commanditaire.


Avis sur la série : 

Ceux qui s'attendent à un équivalent de Noir ou de Madlax risquent fortement d'être déçus. Si on retrouve dans "El Cazador" des ingrédients déjà présents dans les deux premières séries ( un duo d'heroïnes, des gunfights, un "père" assassiné, de la magie....et la musique de Kajiura ), l'ambiance est ici terriblement différente.

img138/1325/bscap0014rh2.jpg


El Cazador est une forme de Road Serie où l'on suit Nadie et Ellys dans un voyage qui semble parfois très long. Chaque épisode marque un arrêt et/ou une rencontre et les avancées dans le scénario tardent à venir. Autant dire que les accros de l'action et du scénario bien ficelé n'y trouveront pas leur compte.

img138/3571/bscap0024yy7.jpg

                                                                                         Blue Eyes


Cependant, le duo d'heroïnes, particulièrement attachant, ainsi que certains personnages secondaires ( Blue Eyes, LA, Lirio ... ) permettent de passer un moment plaisant en leur compagnie.

img231/5292/bscap0026qb2.jpg

                                                                                           L.A

A noter : un bon nombre de moments "fan services" avec les différents déguisements ou occupations de Nadie et Ellys ( Nadie et Ellys en vendeuses de Tacos, Nadie et Ellys dans un Onsen, Nadie et Ellys dans une piscine, Ellys en pleine "transe" plus qu'évocatrice etc. ). On reste cependant dans le soft.

img231/7797/bscap0021xc8.jpg



Le shoujo ai 

Y'en a ... y'en a pas ? Je dis oui. 
Pas d'action à la Strawberry Panic ici mais suffisamment de scènes, d'échanges de paroles et de réactions significatives pour exprimer un lien sentimental entre Nadie et Ellys. Je considère qu'on est d'ailleurs au delà du subtext de Noir, puisque les heroïnes sont bien plus expressives que Mireille et Kirika.
Est ce que c'est le principal interêt de la série ? Je dirais oui ici également. S'il n'y avait pas ce lien entre Nadie et Ellys, terriblement mignon, je n'aurais sans doute pas suivi jusqu'au bout.

En Bref

El Cazador est une petite série sympa mais "sans plus". La musique de Kajiura, le design agréable, les personnages interessants, ne sauvent pas les lacunes du scénario et la lenteur de la série. 
Reste la relation Nadie / Ellys pour arracher quelques sourires niais au fan de shoujo ai.

img138/7899/bscap0020xl4.jpg
Repost 0
Published by Minipoussin - dans Shoujo Ai - Yuri
commenter cet article

Articles Récents

Pages

Liens