Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 10:06

...où comment je me suis lassée

Fan de shoujo ai : vous évoluez mais les mangas, eux, n'évoluent pas. La jupette d'écolière, à quinze ans vous trouvez ça classe, à 22 ans attendrissant, à 30 c'est gonflant.  Voilà peut être pourquoi après une mode shoujo ai, le soufflet retombe petit à petit.

Je dois vous l'avouer : je n'ai pas vu la fin de Maria Sama Ga Miteru !
Peut être que c' est une période dans ma vie où j'ai moins de temps, moins l'envie, moins le loisir de visionner des mangas...mais il n'y a pas que ça.

Ma vie quotidienne m'indique que le monde, les mentalités changent petit à petit vis à vis de l'homosexualité...mais quand on en vient à la représentation, on a l'impression de faire face à une  grosse machine qui peine à bouger. De ce fait, on a d'un côté des jeunes enthousiastes à la vue d'un bisou entre filles ou d'un personnage de série qui le serait, et de l'autre des adultes plus blasées qui déplorent de n'avoir jamais vu que ça. Et puis, au delà de ces questions de relations amoureuses, baisers, étreintes, si longtemps éludés à l'écran comme dans notre culture...se pose la question de la qualité.

Representation lesbienne dans les produits culturels ( au sens le plus large possible du terme ) et qualité vont rarement bien ensemble , on pourrait presque dire que cela se compte sur les doigts des deux mains. Les mangas n'échappent pas à cette règle.  Il y a quasi generalement un trop ou un trop peu quelque part :  entre la perverse foldingue et la cruchotte en délire romantique permanent , je connais peu de filles qui se retrouvent quelque part.

Alors bien sûr...Shizuru, Haruka, l'autre brunasse amatrice de flûtes de Kannaduki no miko dont j'ai oublié le nom sur le moment  (*sourire sadique*), la tripotée d'Onee Sama charismatiques bien que souvent très chastes et peu tactiles, ou les guerrières surpuissantes peu portées sur la gente masculine...mais est ce que ça n'existe pas une histoire simple de deux personnes de plus de 18 ans, qui s'aiment sans questions metaphysiques ou sans un boulon en moins ? ( non, on ne pense pas "oui mais y'a plus d'histoire alors" , on pense positif et on se dit qu'en fait ce sont des agentes secretes surpuissantes qui ont perdus la mémoire et qui, sur le chemin de la vérité, vont la retrouver et s'apercevoir qu'en fait elles sont ennemies ... )

Jusqu'à présent, en dehors de quelques rares couples phares, qui semblent éternels, bien que leur âge ou leur comportement permettent quasi toujours un doute...on sait que c'est "juste une passade". Du coup, entre le "oh mon dieu j'aime une fille c'est un drame" et le "de toute façon c'est pas pour la vie" , on retrouve nos chers extrêmes : "c'est gravissime et vous irez toutes en enfer" , ou "c'est pas grave c'est des filles qui s'amusent". J'en viendrais presque à preferer le subtext qui permet, au moins, d'écrire son propre scénario.

Et maintenant qu'est ce que je fais ? Et bien, je me concentre sur la qualité. Tant pis si il n'y a pas l'atout charme d'une donzelle charismatique aimant les femmes ou la chaleur d'une romance partagée. J'ai toujours le radar bien branché cela dit ... mais s'il faut attendre l'arrivée d'une nouvelle Ebine Yamaji , je crois qu'il y a de quoi patienter.


Repost 0
Published by Minipoussin - dans Articles
commenter cet article
24 décembre 2007 1 24 /12 /décembre /2007 09:40

Liste des animés Shoujo ai / Yuri de l'année  ( par ordre de préference )

1/ Maria Sama Ga Miteru, saison 3
: gros plan sur les relations entre Yumi et Sachiko. Toujours un must du shoujo ai, qui ne cesse de gagner en qualité au fil du temps. J'adore ! 

img444/8219/bscap0010fl1.jpg



2/Simoun : une belle découverte malgré un demarrage long. Une série 100% shoujo ai , et de qualité. 

cd04.jpg



3/ Mai Otome Zwei : grosse deception même si l'univers Hime reste séduisant. Plutôt pour les fans de MOE et un public qui n'en demande pas trop, ou qui adhère au fan service

img111/3449/bscap0008ku9.jpg



4/ El Cazador de la Bruja : Bee Train nous avait habitué à mieux. Un scénario un peu bancal et de nombreuses longueurs, mais une relation entre les deux heroïnes suffisamment mignonne pour tenir jusqu'au bout.

img138/7277/elcazador02sk4.jpg



5/ Venus versus Virus : Shoujo ai en subtext ( si on veut ...).  Le seul interêt de la série réside dans la belle et charismatique Lucia. Je conseille de se pencher plutôt sur le manga qui est de meilleure qualité.

img253/3893/bscap0001au6.jpg


6/Ice : une série d'OAV ovniesque. Belle tentative d'introduction dans un univers Yuri un peu plus adulte. Malheureusement un peu brouillon. 
img89/8964/bscap0103zc2.jpg



Mention spéciale pour : Claymore, peut être pas tout à fait shoujo ai, mais suffisamment de subtext pour que cela soit noté ici. Excellente série en prime. 

img76/6976/1181224293420qf8.jpg


Seconde mention spéciale pour : Blue Drop. Je ne l'ai pas encore totalement visionnée à l'heure où j'écris ces lignes, d'où sa non présence dans la liste de l'année.
img394/5927/bscap0009sw7.jpg

Les gros flops de l'année 

Touka Gettan : série dérivée de l'univers Yamibou, j'en attendais un peu mieux ... sans grand interêt

Kyoshiro Sora : série dérivée de l'univers de Kannazuki no Miko. Résultat : shoujo ai réduit à peau de chagrin. Une cruchotte encore plus cruchotte que cruchotte et un ennui mortel au visionnage. Pire que sans interêt : à la limite de la torture.

Murder Princess : ZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZzzzzzzzzzzzzzzzz ( je crois que c'est suffisamment clair ) 

Parutions shoujo ai en France

Tout cela manque cruellement de licences. 
Deux mangas shoujo ai parus cette année en France : Kashimashi girl meets girl  et Venus versus Virus. A noter que dans un cas comme dans l'autre, le manga est un chouia au dessus du niveau de l'animé. On ne peut pas dire que ces titres soient pour autant d'une qualité exceptionnelle, d'autant que Kashimashi s'adressera à un public plus masculin ( ou plutôt jeune du côté féminin )

En Animé, cela fait deux ans que l'on attend une éventuelle distribution de Kannazuki no Miko, en vain, alors que la série est déjà disponible sur le continent américain. Le shoujo ai ne ferait il pas recette dans notre pays ? Où peut être le choix des titres proposés n'est il pas le bon ? 

N'oublions pas que le marché du DVD souffre également beaucoup du téléchargement, ce qui fait que les éditeurs prennent de moins en moins de risques commerciaux. 

Cela dit, il me semble qu'une série comme Maria Sama Ga Miteru aurait bien de quoi trouver son public ( le manga est édité en Allemagne, pourquoi pas en France ? ) 

Espèrons que 2008 sera plus riches en titres Yuri et Shoujo ai en France...

Repost 0
Published by Minipoussin - dans Articles
commenter cet article
4 décembre 2007 2 04 /12 /décembre /2007 02:14

S'il y a bien un element terriblement constitutif de la flamme des fans de shoujo ai , c'est le subtext. 
Le subtext, c'est quoi ? 
Pour dire simplement : c'est l'ensemble des messages envoyés volontairement ou non au spectateur pour que l'oeil averti comprenne qu'il y a baleine sous rocher dans une situation apparamment "innocente".

La culture homo est intimement liée à cette notion de "subtext" dans la mesure où, dans des temps pas si lointains, il n'était pas de bon ton de montrer trop ouvertement des amours entre personnes de même sexe. Ainsi, les réferences à l'homosexualité se trouvaient dans des paroles, images, situations, qui restaient invisibles aux censeurs mais pas au public homosexuel.
De la même façon, dans un domaine aussi graphique que les animés et mangas, une large place est souvent alléguée à cette notion de "subtext" , dans un cadre beaucoup plus large : l'idée n'est pas forcément de toucher un public homosexuel, mais simplement de faire des "clins d'oeil" au lectorat, ou tout bêtement, de parvenir à ratisser large du côté du public ( sachant que le public "large" du Yuri est plutôt constitué d'hommes, et inversement, le public du Yaoi, de femmes ) 

Ainsi, lorsque l'on parle de shoujo ai , on parle souvent de ces elements à décoder qui nous mettent sur la piste d'une relation lesbienne non démontrée ( si on fait le compte, le nombre de relations lesbiennes effectives est réduite à peau de chagrin lorsqu'on se contente des faits ) 

Shizuru et Natsuki

Le phenomène Shizuru/Natsuki ( Mai Hime/Otome) est une preuve de la force du subtext .

Dans la série Mai Hime, il est clairement montré que Shizuru est amoureuse de Natsuki, mais rien dans le premier degrès ne permet d'affirmer que ces sentiments sont partagés ( plutôt le contraire puisque Natsuki explique à Shizuru qu'elle ne peut l'aimer "comme elle le desirerait"  )
Demandez cependant à la plupart des fans s'ils remettent en cause l'existence réelle de ce couple...ils répondront que leur amour est évident. La force du subtext dans Mai Hime est ainsi suffisante pour que ce qui a été "perçu" dépasse ce qui est effectivement montré, à tel point qu'il paraît difficilement envisageable qu'il puisse en être autrement.
A partir de là, pour expliquer ce sentiment, on décode : les paroles, les images, les situations.

img143/3206/bscap0012ip3.jpg



Les deux scènes les plus marquantes en terme de subtext sont celles où Natsuki comprend que Shizuru est son être cher, ce qui lui permet de retrouver ses pouvoirs disparus ( si l'être cher n'est pas forcément lié à un sentiment amoureux, il s'agit tout de même d'un sentiment suffisamment fort pour que sa perte soit synonyme de "mort" ) et surtout, lorsque Natsuki indique à Shizuru que la taille de son child est directement liée aux sentiments qu'elle porte à son être cher ( Le child de Natsuki étant à ce moment là de taille équivalente à celui de Shizuru ). A cet instant, Shizuru répond "Tu me hais à ce point ?" ... alors que le spectateur a déjà compris qu'il ne s'agissait absolument pas de haine.
Ajoutés à d'autres elements disseminés dans l'histoire, le message reçu par le spectateur attentif sera celui d'un amour partagé malgré les elements "évidents" du scénario. La confrontation entre ce qui est ressenti et ce qui est compris créé au final une frustration terriblement addictive qui pousse à vouloir en savoir plus, à les voir plus, et surtout à tout faire pour que cet amour manqué n'en soit plus un ( fanarts, fanfictions, suivi systématique des autres saisons ou séries impliquant les personnages etc. )

Noir / Madlax 

Sans doute les séries suscitant le plus de débats sur les forums : quel est le lien qui unit Kirika et Mireille (Noir)  ? Peut on considérer Madlax comme une série "shoujo ai" ? 

Si on me demande mon avis, je répondrais "oui" ... je connais pourtant de nombreux fans de shoujo ai qui répondront "non"

img528/3793/screenshotspoilerqk7.jpg



La force du subtext se trouve ici dans ceci : on voit ce que l'on veut voir, et il n'est pas plus possible d'affirmer que d'infirmer. Très bonne pioche pour les producteurs, tout le monde est content.

Dans Noir, aucun échange de parole, aucune scène évidemment "romantique" ne permettra d'affirmer que Mireille et Kirika partagent un lien qui dépasse celui d'une amitié très forte. Il n'y a pour autant pas plus d'elements indiquant le contraire...et le reste se joue dans la lecture que le spectateur aura des elements.

Amusons nous avec notre ami le subtext 

Dans certains cas, nous voyons ce que nous voulons voir/ne pas voir, dans d'autres BOUDIOU c'est évident ( sous titré : m'enfin t'as du caca dans les yeux ? C'est évident ... le sandwitch qu'elles partagent, tout ça ).

Decrypter les images devient  parfois un exercice de haute voltige intellectuelle qui n'est pas sans rappeler nos laborieuses analyse de texte du lycée , mais dans une version beaucoup plus amusante ( paragraphe trois, ligne deux, lorsque Victor Hugo dit "barbapapa" en réalité, cela renvoie à l'image du père, blablabla ). Ainsi, dans Madlax, la tension sexuelle entre Rimelda et Madlax est sous entendue par leurs duels d'armes à feu , et, de plus intensifiée par l'obsession de Rimelda vis à vis de Madlax ( ce qui n'est pas sans rappeler le subtext gay employé dans de nombreux westerns où les flingues étaient employés comme substituts phalliques ) 
Donc Madlax contient bien du shoujo ai ... même si c'est bien plus subtil que de se faire sauter dessus au fin fond d'une chambre de pensionnat par une prédatrice aux hormones surdeveloppées ( je n'ai rien contre cela dit...hu hu ) 

Subtext...mon amour 

Grâce à notre ami le subtext, on peut voir du shoujo ai partout : Claymore, Azumanga Daioh, Haibane Renmei, Rozen Maiden, Nana peuvent alimenter vos fantasmes shoujoaiesques sans complexe car vous trouverez toujours quelques amis de bons goûts pour suivre votre point de vue ( bon , surtout sur les forums shoujo ai et si les caillasses ont bien été préparées avant ) 

img528/3955/staywithmeforeverbyaelidw2.jpg



La communauté des amateurs de subtext vous accueillera dans une ambiance chaleureuse pour deviser amplement sur la relation Jeanne/Claire (Claymore), sur les elements prouvant immanquablement l'homosexualité de Nana et Hachi ( ex : Hachi collectionne les hommes parce que la seule personne qui lui convienne est une femme , héhé ) , ou encore sur les habitudes culinaires des héroïnes de Bee Train.

Si ce petit plaisir est généralement agrémenté de moults fanarts prouvant notre juste vision des choses, il ne serait rien sans cette satisfaction supplémentaire que de faire face à la communauté d'aveugles qui vous soutiendront jusqu'aux heures les plus profondes de la nuit que C'EST DE L'AMITIIIEEEEEEUHHHHHHH sous le pretexte fallacieux qu'aucun roulage de pelle ou pelotage de nichons ne se sera présenté à leurs yeux.
Ces malheureux mécréants se livreront à ce moment pieds et points liés à votre argumentaire implacable de litteraire frustré, avec , en prime , la satisfaction de toujours les voir abandonner le débat avant vous.

Subtext...je te hais

S'il est un plaisir délectable que de se sentir plus sensible ou plus intelligent que les autres en percevant LE truc qui leur aura échappé....il faut bien avouer que, toute personne subtile et de goût que nous puissions être, il peut arriver, en des heures tardives et en fonction de la température ambiante, de rêver à un peu d'ACTIONNNNNNNN. 

img247/9936/1172839686089jr0.jpg



Peut être est il charmant de rechercher le message caché contenu dans la scène où Sumire offre des fleurs blanches à Lucia ( Venus vs virus ), mais notre immonde nature animale souhaiterait, il est vrai, voir la charmante demoiselle en nuisette inspirer des sentiments un peu moins purs à sa partenaire de scénario.
Clare pourrait décider d'interchanger Raki et Jeanne lors de leur étreinte ultime pour mieux se la reserver pour plus tard ... Mireille pourrait embrasser à pleine bouche Kirika plutôt que de deviser sur laquelle à le plus beau flingue ...Arika pourrait employer  à bon escient les cours de massage prodigués par sa sempaï Nao ... et surtout, Natsuki pourrait ne pas être une totale handicapée affective.

Il reste que nous y perdrions sûrement quelque chose malgré tout ... un peu de cette sensibilité qui nous oriente généralement vers les animés et mangas. Pour le bourrinage , on pourra toujours regarder L Word.

Repost 0
Published by Minipoussin - dans Articles
commenter cet article
2 novembre 2007 5 02 /11 /novembre /2007 01:26

Il m'arrive souvent au détour d'un article de pointer du doigt les petits fétichismes fan service des otakus masculins qui sont, il faut le dire, généralement bien servis de ce point de vue, à coup de soubrettes, petites culottes et heroïnes bien pourvues par la nature. Cependant, nous les filles qui aimons les filles , sommes nous exemptes de ces petits "écarts de conduite" fétichistes ?

Je me propose ainsi de faire une petite liste non exhaustive des personnages ou situations récurrentes qui nous feraient frétiller les ovaires, ou , sans aller jusque là, allumeraient la lanterne rouge de notre radar à shoujo ai. Il est temps que la vérité éclate au grand jour   : 

Les situations :

- Le lycée pour jeunes filles  : plusieurs centaines de filles réunies dans un même lieu au quotidien, c'est plus qu'il n'en faut pour sentir le shoujo ai à plein nez. Ajoutons l'option "pensionnat" au tableau et le nirvana otakesque sera à son apogée ( car cela signifie en prime : filles partageant une chambre, pyjamas parties, errances nocturnes dans les couloirs et défilés de sous vêtements ). 
Si un professeur, un directeur, ou n'importe quel cousin/grand frère/ amour d'enfance vient pointer le bout de son nez, il ne méritera forcément que des caillasses pour cassage de joie éhonté.
References : Maria Sama Ga Miteru , Strawberry Panic, Mai Otome

 

img527/3701/1105443714581ji8.jpg

 


- Le groupe d'heroïnes : avec un ensemble de filles en grappes, il serait fort étonnant que le radar à shoujo ai pointe sur zéro...en creusant un peu, y'aura bien un ptit truc à se mettre sous la dent non ? Et puis si c'est pas évident, l'imagination donnera un petit coup de main à l'ensemble.
References : Sailor Moon, Azumanga Daioh, Red Garden, Claymore

 

 

img337/8044/sailor20moon7uj0.jpg

Toutes ces filles dans Sailormoon, je dis que c'est louche

 

 


- Le duo d'heroïnes : Comment ça c'est de l'amitié ? On t'a demandé l'heure à toi ? Cette fois ci, il va falloir reserver les caillasses pour les casseurs de joies. C'est shoujo ai SI JE VEUX. Les signes ne trompent pas ( tu vois, Mireille et Kirika, dans l'épisode 122 à la douzième minute, elles partagent un sandwitch...je vois pas ce que tu peux avoir à redire à ça d'abord ! )
Références : Noir, Venus versus Virus, El Cazador, R.O.D.

img337/5779/1179064174247oy2.jpg

 



- Le shoujo ai presque decomplexé ( même si il faut une excuse pour qu'il y en ait ) : C'est pas grave si c'est fait pour plaire aux mecs, et pas militant pour deux sous, au moins on a de l'ACTION et on sait pourquoi on regarde.
References : Strawberry Panic, Re: Cutie Honey, Kashimashi Girl meets Girls, Kannazuki no Miko, Simoun, Mai Otome, Yamibou etc.

 

 

img233/2649/1144758571165mp3.jpg

 



- Pas un mec en vue ou  très loin ( reprend plusieurs catégories précitées ) : Chez la fétichiste shoujo aiesque ça veut dire "Champ libre ! " avec un radar dans le rouge. La première qui parle d'amitié se verra livrer un kilo de caillasses. De toute façon, les cruchottes, on sait bien qu'elles sortent d'un placard. Moi je dis "c'est louche", c'est obligatoirement un symbole militant pro lesbien en message codé pour que personne ne comprenne, sauf nous ( et Chikane ou Shizuma...en fait, c'est pas qu'elles aiment les cruchottes, c'est que ce sont les seules qui sont "out" ) 
References : Strawberry Panic, Simoun, Haibane Renmei, Ice, Azumanga Daioh


Les personnages :

- La brune ténébreuse ( voir l'article sur le sujet ) : Si les hommes "préfèrent les blondes" , en général, ce sont les brunes qui remportent le concours de popularité chez les femmes. La brune ténébreuse occupe donc une place de choix dans le top des personnages qui font monter la température, surtout lorsqu'elles ont une épée ou conduisent une moto. C'est pas original, mais on s'en fout.


- La méchante perverse ( voir l'article sur le sujet ) : "Elle est grande , elle est belle , elle est lesbi..." (oups, je m'égare) La méchante perverse où la femme qui fait ce qu'on aimerait bien faire ( torturer de la cruchotte à coups de rires sadiques suraigus par exemple ). La méchante est une femme libre et c'est une chose assez rare pour retenir l'attention. La soumission c'est pas son truc, et elle vit comme elle l'entend. Y'a de quoi faire des transferts.

- La lesbienne psychopathe monomaniaque ( abordée dans cet article ) : C'est pas de sa faute si elle est psychopathe, c'est parce qu'elle a trop souffert et qu'elle est folle amoureuse. C'est trop romantique. Bon ok elle tue des gens, elle les torture et les humilie...et alors ?  Ils l'ont forcément mérité.

 

 

img337/9629/bscap0003sb7.jpg



- La guerrière : Si elle est hétéro c'est forcément une erreur , ou alors c'est que contrairement à la cruchotte, elle n'a pas de placard dont elle peut sortir et ça créé la confusion dans son esprit.

- L'androgyne : Radar au rouge dès le départ. Elle aussi elle se trompe parfois de bord, mais on l'excuse, c'est sûrement du à son jeune âge. 

img233/8258/smsenshi003dm0.jpg


En voilà au moins une qui sait où elle en est :love:


- La femme de pouvoir : avec des lunettes et un tailleur c'est encore mieux. On rêve de se faire aboyer dessus par cette fausse dure qui a forcément un bon fond sous ses airs de dominatrix. C'est un peu l'équivalent de la brune ténébreuse avec une dizaine d'années de plus. Le coup du chien méchant qui n'aime que son maître, ça fait autant fondre que la psychopathe. 

- La chasseuse de filles : Elle surgit généralement de nulle part pour fondre sur sa proie dans l'ombre des couloirs de pensionnat. On aimerait toutes en connaître une, pour peu qu'elle ressemble à Shizuma ou Haruka.

Les objets et les tenues

- La moto : et qui dit moto dit combinaison moulante en cuir (  ...eeeeeeetttttttttttttt ouiiiiiiiiiiii ! ) Symbole de liberté et d'un petit quelque chose de rebelle et de sauvage, la moto semble en dire long sur celle qui la conduit...qui se trouve rarement être une mocheté disgrâcieuse en prime.

img504/9715/14ab8whnp6.jpg

Natsuki on l'aime pour sa BEAUTE INTERIEURE, boudiou !

 


- L'épée/le sabre : Symbole de ... heu ... ( Les claymores auraient elles aussi un truc à compenser ? ^ ^ ) Plus sérieusement, symbole de pouvoir et de force par extension. En général, il y a le costume traditionnel ou l'armure qui va avec pour ajouter la touche "classe" au personnage. Cela dit, un sabre dans les mains d'une Himeko, même en costume, ça ne fera jamais frétiller des ovaires lesbiens (ou alors je préconise une bonne psychanalyse ). 

- Le flingue : idem que l'épée, symbolise une forme de pouvoir et de force. On pourra ajouter la maîtrise de soi lorsque l'héroïne se trouve être une tireuse hors pair. Des filles et des gunfights, c'est tres guerrier sans le côté bourrin...bref, c'est sexy. ( ou "Sekuchy" selon Ellys dans El Cazador )

img337/7140/mireille2wo4.jpg



- L'uniforme : femmes flics, femmes militaires .... des classiques. L'autorité ça peut rendre toute chose ( "a vos ordres mdame, c'est demandé si gentillement...." ). On en revient aux femmes de pouvoirs. Cela peut aussi évoquer une forme de symbolique romantique lorsqu'il s'agit d'uniformes d'époque ( Lady Oscar, Utena...)

- La tenue traditionnelle : Yukata, kimono... Parce que c'est la classe là aussi, tout simplement (ex : "oh sainte shizuru, laisse moi me réchauffer à la lumière de ton aura classieuse" ). Manquerait plus qu'on nous gâche notre délire classieux à coup de vulgaire bout de chair exposé. Nous sommes au dessus de ça, voyons ! ( sauf si c'est un décolleté de tenue de moto , cf plus haut )

img527/540/chikanepo6.jpg
Repost 0
Published by Minipoussin - dans Articles
commenter cet article
14 juillet 2007 6 14 /07 /juillet /2007 14:47

Après avoir abordé dans la première partie le cas des "coureuses de jupon" et des "monomaniaques" , je vais maintenant m'atteler au cas plus général de la lesbienne "par défaut" qui regroupe tellement de personnages qu'elle mérite bien un article à elle seule.

3) La lesbienne "par défaut" 

Sans doute le type de personnage le plus courant : une lesbienne qui n'en est pas tout à fait une, ou alors juste parce que les circonstances l'exigent, ou encore "parce qu'elle aime une personne et pas un genre".

Petite liste non exhaustive des "bonnes raisons" ( excuses) pour être lesbienne : 

- Mes nanomachines seront détruites en cas de relations sexuelles avec les hommes ( Mai Otome ) : dans le monde de Mai Otome, on connaît les nanomachines mais pas les préservatifs. 

img412/1163/26waws0.jpg



- Tous les personnages non adultes sont de sexe féminin et comme je suis une prêtresse , je peux repousser l'âge de selection de mon genre définitif ( Simoun ) : " et en plus pour faire voler mon Simoun je dois embrasser ma partenaire"  ^ ^ 

img266/3268/1152142066273yj1.jpg



- Je vis dans une école/un pensionnat pour filles ( Maria sama Ga Miteru , Strawberry Panic, Tres cher Frère ) : Je tiens à signaler à nos amis scénaristes qu'ils n'ont pas encore exploités la prison pour femmes,ni le couvent....

J'ai tué le Prince Charmant ( Utena ) : c'est pas bien ça !


- Tous les hommes sont morts ( Ice )  : Radical, mais efficace 

- J'étais un garçon et maintenant je suis une fille ( Kashimashi ) : pratique

- Je change de sexe au contact de l'eau ( Ranma 1/2)  : encore plus pratique que dans Kashimashi

- Je change de sexe quand je veux ( Chirality ) : encore encore plus pratique

( si vous en listez d'autres , n'hésitez pas à m'en faire part ) 

Bon, d'un côté, en fan de Yuri, nous voilà bien content(e)s de saisir les pretextes scénaristiques les plus foireux pour saisir l'occasion d'une romance sapphique même des plus légères...cependant, la nécessité d'inclure une "raison" rappelle à une forme de non affirmation de l'homosexualité en tant que telle. Pour que deux femmes s'aiment, il faut une "raison" valable qui les détourne de la gente masculine.

Bien sûr ça n'est pas tout blanc/tout noir : Shizuru n'a pas attendu les nanomachines de Mai Otome pour être lesbienne dans Mai Hime, Sachiko éprouve plus de répulsion que d'attirance pour les hommes dans Marimite, etc.

Cependant , si on prend la majorité de ces personnages, retirez leur leur "excuse" et ça permet à l'otaku masculin de faire d'une pierre deux coups : d'un côté il a le fun de deux nanas ensembles , de l'autre, il peut projeter autre chose sans trop de difficultés.

Le côté positif des choses c'est que l'excuse la plus bidon ne fait pas la plus mauvaise série : si on prend Mai Otome ou Simoun, on est malgré tout dans de relativement bonnes séries si on exclue cet element.

Repost 0
Published by Minipoussin - dans Articles
commenter cet article
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 21:20

1/ La lesbienne coureuse de jupons

Exemple  : Shizuru dans Mai Hime/ Otome, Haruka dans Sailor Moon, Shizuma dans Strawberry Panic, Sei dans Marimite...

C'est sans doute le profil le plus exposé concernant les lesbiennes dans les animés et manga. Les personnages lesbiens mattent sans vergogne, séduisent tout ce qui bouge et n'hésitent pas à profiter de leur situation de femme parmi les femmes pour satisfaire leur penchant. Dans certains cas, les femmes le lui rendent bien ...dans d'autres, il s'agit d'un prétexte à la création de scènes comiques

La raison principale : le FAN SERVICE ! 

Dans ce cadre, la représentation des lesbiennes sert juste au spectateur masculin de projection de ce qu'il pourrait faire s'il était lui même une femme.  La femme qui aime les femmes peut se trouver dans certains lieux interdits aux hommes sans eveiller le soupçon. De ce point de vue, la lesbienne sera perçue comme un danger invisible aux autres femmes. Dommage seulement que ce mode de pensée s'imprègne autant dans la société : si cette "dualité" sera généralement plutôt représentée sous un aspect comique dans les animés, la notion de "danger" reste présente dans notre société.

img525/9799/beachrr8.jpg

 

Autre idée commune dans ce type de personnage: une femme assumant son orientation sexuelle se comportera de façon plus libre et ouverte par rapport à la sexualité en général. Là aussi un point de vue masculin : "si j'étais plus libre qu'est ce que je ferais :  j'en profiterais à ma manière" d'où ce côté "coureuses de jupons" associé aux personnages lesbiens. 
Beaucoup de lesbiennes en auront fait l'expérience au court de leur vie : un bon nombre de femmes se considéreront automatiquement comme des "proies" potentielles à partir du moment où elles savent qu'une personne qu'elle fréquente est lesbienne. Nous avons là aussi une transposition des rapports hommes/femmes à l'homosexualité. 
Les hommes et les femmes évoluant très largement dans un rapport de séduction, il sera considéré d'emblé qu'une femme aimant les femmes et/ou un homme aimant les hommes fonctionnera de la même façon. Cette conception des choses oublie une notion importante : les lesbiennes ne sont pas des hommes et les gays des femmes...le rapport de séduction se basera alors sur plus qu'une différence biologique. 
Cependant, je pense réellement qu'une personne ayant accepté une orientation sentimentale différente de l'orientation majoritaire aura les cartes en main pour se montrer plus libre sur la question sexuelle. Cela n'est pour autant pas une généralité tant chez les homos que chez les hétéros et ne transforme pas toute personne du même sexe en proie potentielle ( à moins que cela ne soit un fantasme inavoué de la personne projetant cette pensée sur l'homosexuel(le) de son entourage ).

img73/6434/himemiteqh9.jpg

 

Enfin, une troisième raison plus relative à la psychologie de ces personnages : elles draguent tout ce qui bouge parce que, dans le fond, cela n'a pas d'importance. Shizuma ou Sei ayant le coeur brisé, cette forme d'amusement est un moyen de vivre plus légèrement.

2/ La lesbienne monomaniaque à tendance psychopathe

Si les animés regorgent d'amours malheureuses et non partagées, les femmes qui aiment les femmes sont parmi celles qui ont le plus tendance au pétage de plomb ou à se prendre pour Dark Vador à un moment de l'histoire. C'est le cas de Shizuru dans Mai Hime ou Chikane dans Kannazuki no Miko...
Enfermée dans le secret d'un amour qu'elles pensent impossible, tout en côtoyant au quotidien l'objet de leur affection...il arrive forcément un moment où les efforts deployés pour contenir leur passion leur explose à la figure sous forme "d'énergie négative".

img479/2164/1148399851627vx6.jpg


Ce type de personnages est souvent plébiscité par bon nombre de fans d'animés, pour différentes raisons. On retiendra en premier lieu le charisme propre aux personnages mi anges/mi démons...qui "cassent" indéniablement avec le lot de cruchottes habituellement proposé...
En second lieu, c'est l'image romantico/érotique qui jouera : alliance d'une passion amoureuse exclusive et de la tension sexuelle liées au secret dans laquelle le spectateur peut parfois se reconnaître ( qui n'a pas connu un amour malheureux et au delà de cela, cette forme d'amour à sens unique n'a t elle pas tendance à se nourrir d'elle même ?)

Ma théorie personnelle concernant la force de ces personnages un peu tragiques concerne autant la culture homo qu'hétéro : après plusieurs siècles d'amours contrariées dans les romans, les films etc...l'homosexualité est un moyen de renouveler le "genre" romantique (cf : succès de Brokeback Moutain). Il n'existe aujourd'hui que peu de situations qui n'aient déjà été traitées sous un angle "classique". En outre, l'évolution de la société fait que les situations d'amours impossibles ( sauf amours à sens unique ) se font rares...difficile alors d'obtenir une intensité romantique suffisante pour toucher le public sans faire appel au fantastique ( Dracula...Star Wars ... ), à l'histoire  ou ... à l'homosexualité. 
Concernant la population homosexuelle...l'accessibilité à la culture homo est tellement récente qu'à la rigueur, tout semble bon à prendre...le bon , comme le mauvais.
img525/8899/bscap0004ui1.jpg

Comme il n'y a rarement que du positif dans l'histoire, l'image de la lesbienne monomaniaque psychopathe reste lié à une autre idée de "danger" potentiel pour celle qui ne partagerait pas ses sentiments. S'il y a d'une part la vision d'un romantisme féminin qui s'exprimerait de façon plus passionnée et plus violente que le romantisme masculin ( plus généralement lié à l'image du chevalier courtois ) , il y a d'autre part l'instabilité psychique mise en avant...la notion du "n'est pas forcément ce qu'elle semble être"..et généralement au bout, même lorsque les sentiments sont partagés, l'impossibilité de la construction d'un amour épanouie dans cette configuration.

(à suivre)
Repost 0
Published by Minipoussin - dans Articles
commenter cet article
8 avril 2007 7 08 /04 /avril /2007 18:46

Nom : Méchante perverse

Prénom : Kaname ( Strawberry Panic ), Miya ( Kyoshiro Sora ) , Tomoe ( Mai Otome ), Sister Jill ( Cutey Honey ), Suigintou ( Rozen Maiden)

Mouahahahaha

On la reconnaît souvent à son rire suraigue : la méchante est vile, elle est perverse, et elle ne recule devant rien pour arriver à ses fins. Son éclat de rire maléfique oscille souvent entre le hahahahaha sonore et le hihihihihi mesquin en passant par le hinhinhin.

La méchante perverse est souvent court vêtue et sexuellement active...elle est l'opposée totale de l'heroïne pure, innocente et discrete, qu'elle prendra un malin plaisir à torturer, déshabiller, voire plus si affinités....

img481/1979/200603150012281ja.jpg

Mais pourquoi est elle si méchante ?

img278/3638/rozen129tk.jpg

Parce quuueeeeeeeeeeeeeeuhhhhhhh !

La méchante perverse a souvent une brisure, une fêlure, une souffrance profonde qui la pousse à être méchante ( si si .... c'est quasi systématique ). Elle est soit secrètement amoureuse de sa victime, soit la perçoit comme une rivale. Lui voilà un point commun avec la brune tenebreuse...cependant,  bien que sa perversité n'a généralement d'égal que son ingeniosité lorsqu'il s'agit de mettre à mal ses victimes, sa tactique amoureuse frôle toujours la profonde crétinerie. Etre méchante, pour elle, c'est un bon moyen de capter l'attention de l'être aimé. 

img401/3348/bscap0002hv9.jpg

Contre toute attente, martyriser l'élue de son coeur ou ceux qu'elle aime ne fonctionne jamais. Pire, on la méprise et cherche à lui faire perdre le peu de dignité qu'il lui reste. Incompréhensible.

Une explication récurrente : la méchante déteste faire pitié...et le sadisme est pour elle une façon d'éviter une ultime humiliation. Son seul recours est de faire preuve d'une grande force et d'intelligence pour mettre en avant sa "superiorité".

Manque de bol : dans les animés, la cruchotte est toujours la plus attractive au regard du bellâtre, du cruchot ou de la brune tenebreuse.

N'est pas méchante perverse qui veut

Etre la méchante perverse, c'est tout un art. Beaucoup s'y essaient mais peu y parviennent. Ainsi, la moindre once de gentillesse ou de manque de maturité pourra faire échouer une fausse méchante postulant à ce titre.

Nao (Mai Hime) qui saucissonne ses victimes mais ne les tue jamais, échappe à ce statut pour signe de faiblesse, alors que Tomoe ( Mai Otome) est une pure psychopathe qui ment, intrigue, piège et pète les plombs, en méchante perverse de premier ordre.

img412/8619/bscap00070sn.jpg

img160/6738/strawberrypanic792qw.jpg

Kaname ( Strawberry Panic ) aurait pu perdre son statut pour signe de beaux sentiments sur la fin, mais ses tentatives de viols ratés et ses intrigances lui permettent bien d'obtenir le titre d'orangina rouge de la série.

Féministement incorrect

Le problème de tout cela...c'est qu'en additionnant les élements composants "la méchante", on se rend bien compte de clichés véhiculés pour plaire au public ( masculin ) : l'heroïne se doit d'être belle, discrete, pure, innocente, et incapable de se débrouiller seule pour être acceptable.

Le personnage de la méchante regroupe des élements qui sont sensés "ne pas plaire" ou incarner le "mal" : elle est  souvent sexuellement active et attractive, sait jouer de sa seduction, se débrouille seule et montre une grande force de caractère. Elle refuse son statut de victime et, quitte à choisir, lui préfère celui de bourreau. Elle agit et ne refuse de subir.

Tous ses élements compilés en font une femme libre et moderne pouvant rivaliser avec les hommes : voilà pourquoi elle sera représentée comme "méchante" dans certains animés. Ce sont heureusement aussi ces élements qui peuvent la rendre particulièrement populaire.

Repost 0
Published by Minipoussin - dans Articles
commenter cet article
18 mars 2007 7 18 /03 /mars /2007 20:44

Nom : Meilleure amie

Prénom : Tamao ( Strawberry Panic ) , Yaya ( Strawberry Panic ), Paraietta ( Simoun ) , Mako chan (Kannazuki no miko) , Ichino (Battle Athletes Victory)  etc....

Il existe deux genres de "meilleure amie, sacrifiée volontaire" : l'une est celle qui sacrifie son amour plus ou moins caché , l'autre est celle qui donne de sa personne physique .

La meilleure amie amoureuse

Sa phrase fétiche pourrait être "je ne souhaite que ton bonheur"

Toujours là pour l'objet de ses pensées, elle panse les blessures, essuie les larmes, réconforte son amie, tout en souffrant intérieurement de son amour pour elle ... jusqu'au moment ultime où elle se verra recompensée par un "restons amie" sonnant le glas des minces espoirs qu'elle avait pu nourrir.

img174/6364/strawberrypanic8111mz.jpgimg174/3448/strawberrypanic8133yb.jpg

Dans le triangle amoureux, bien que l'on puisse parfois avoir certains doutes, ce n'est jamais elle qui gagne, comme dans une équation dont l'inconnue seraît connue d'avance.

Mais voilà, la meilleure amie a un gros défaut : elle est incroyablement altruiste. Quand bien même elle aurait une chance de s'accaparer entièrement l'être tant aimé, elle finira toujours par se laisser attraper par son bon coeur et ses remords. Masochiste ? OUI !!!

A force de rester silencieuse, il arrive forcément qu'elle ait un moment de pétage de plombs, d'envie de bousculer les choses...mais là encore, elle se sentira tellement coupable qu'elle cherchera à se racheter pour un baiser volé, une petite bousculade où un espoir allongé de quelques jours. Ainsi, non seulement elle se verra rejetée, mais elle devra en plus continuer à jouer son rôle d'amie bien intentionnée entièrement dédiée au bien être de l'autre.

img158/7513/bscap0001xw5.jpg

En vérité, la meilleure amie aurait sérieusement besoin d'une bonne psychanalyse : pour être aimée, il faut être un poil plus égoiste, avoir un passé tordu et être en capacité de faire souffrir. La voilà tellement occupée à souhaiter le bien être d'autrui qu'elle en devient indésirable...et finira toujours par se faire voler la vedette par la ou le plus tordu(e) du lot.

 

img80/7918/bscap0004ef2.jpg

Avec un peu de chance, elle prendra un peu sur elle et finira bien un jour par se rendre compte qu'il y a plus intéressant que de tomber amoureuse d'une cruchotte. Car là est sa grande faute : elle aime les cruchottes qui, en bonnes cruchottes, ne s'aperçoivent jamais de rien et ne s'intéresseront jamais à quelqu'un d'aussi aimable.

Voir : La cruchotte

La meilleure amie kamikaze

Point commun avec la première : un profond altruisme

img81/559/bscap0020zj6.jpg

La meilleure amie kamikaze accepte tout, pardonne tout, et se retrouve souvent à l'hôpital ou pire encore.

Pas rancunière, ni jalouse pour deux sous...elle admet vite être moins douée que sa meilleure amie, qui , si elle n'est pas forcément une vraie cruchotte, est forcément du genre "douée naturellement". Ainsi, la meilleure amie kamikaze, accepte de faire face aux épreuves comme un être ordinaire, se surpasse autant qu'elle le peut...sans jamais obtenir le succès injuste de celle qui la côtoie.

Comme elle est altruiste : qu'il s'agisse d'une compétition, d'une bataille, de la fin du monde, où que sais je...elle finira toujours par laisser sa place, abandonner son rêve au profit de son amie...et le tout avec le sourire !

Pourtant, la meilleure amie kamikaze n'est pas une cruchotte, bien qu'elle en ait l'air...elle doit juste avoir un gros problème d'estime d'elle même. N'importe qui d'autre insulterait et prendrait en grippe la "naturellement douée qui ne s'en rend pas compte et qui ne fait rien pour arranger les choses" mais elle non...parce que C'EST SA MEILLEURE AMIE.

En gros , elle a raison, ce n'est pas à la semie cruchotte qu'elle devrait en vouloir...mais aux scénaristes.  Ce type de personnage laisse souvent un bras, une jambe, son grand amour, sa vie , son rêve dans l'histoire..."parce que c'est dans sa nature"

Le sacrifice gratuit, c'est son dada !

L'antidote : High School Girls

img88/9646/bscap0008zt8.jpg

img47/5108/bscap0009am5.jpg

Repost 0
Published by Minipoussin - dans Articles
commenter cet article
10 mars 2007 6 10 /03 /mars /2007 21:43

Avez vous remarqué que depuis le  coming out de notre Kaïchou préférée ( Shizuru pour ceux qui n'auraient pas suivis ) , les présidentes lesbiennes se multipliaient dans les séries à succès...au point de peut être bientôt devenir un nouveau personnage type.

Bref...suite à Shizuru, nous voilà dans une même saison avec deux présidentes semblables sur de nombreux points :

img64/4272/amagibacksj2.png

Milly dans Code Geass

img131/5434/2007212qn7jw8.jpg

Paula dans Red Garden

img64/2043/1172217532256dl6.jpg

 

(mon gaydar ne m'avait pas trompé )

Les points communs sont nombreux : une certaine ressemblance physique ( cheveux châtains à blonds, légerement ondulés ) , un amour secret ( si on sait assez rapidement dans Red Garden qui se trouve être l'élue du coeur de Paula...à l'heure actuelle de la diffusion de Code Geass, je ne sais pas à qui s'intéresse Milly...je penche pour Karen mais ce pourrait aussi être Shirley... ) , l'admiration ou le respect de tous les étudiants, le charisme...et en ce qui concerne Milly et Shizuru, un petit côté décalé et déluré.

img64/9635/milly0901bisny3qe5.gif

Milly serait ainsi une version plus drôle et légère de la Shizuru de Mai Hime , tandis que Paula en serait une version plus stricte et sérieuse.

J'avoue que je suis assez friande de ce type de personnage, même si, pour l'heure, personne ne parvient à détrôner Shizuru. Le succès de celle ci ainsi que l'effet de suprise ( si on ne cherche pas du shoujo ai partout, sinon ça peut se voir assez vite... ) causé par la révelation de cet amour "inhabituel" ,  qui peut être employé comme un impact émotionnel supplémentaire, doivent être à l'origine du clonage. Je n'irais pas m'en plaindre et j'imagine que vous non plus....

Bref...chasseuses de shoujo ai , guettez les présidentes !

img131/5599/1173347034945vr4.jpg

img47/1447/dvd08spcvb5.jpg

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Minipoussin - dans Articles
commenter cet article
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 03:39

 

Personnage type 2 : La brune ténébreuse

img182/7816/1148399851627as3.jpg

Origine : antédiluvienne

Prénoms : Hatsuki ( Yamibou ) , Chikane ( Kannazuki no Miko ) , Sachiko ( Maria Sama Ga Miteru ) , Natsuki ( Mai Hime/Otome ), Ray ( Ray )

Le personnage de la brune ténébreuse est tellement récurrent dans les animés que je ne saurais dire qui est exactement le personnage "référence". 

img257/7132/sachikosamamf7.jpg

Physiquement irréprochable, elle est également souvent douée d'une intelligence hors du commun, de talents multiples ( elle sait tout faire ou presque ), joue souvent du piano et saurait danser la macarena avec classe.

Généralement solitaire, la brune ténébreuse a par contre un talon d'Achille : elle peut avoir un sérieux penchant pour les cruchottes ( voir l'article dédié ). En d'autres termes : plus la brune ténébreuse est classe et charismatique, plus elle tombera éperduement amoureuse d'une niaise inculte, inutile et maladroite ( règle n° 1 : toute Chikane mis en présence d'une Himeko, sera immanquablement attirée par celle ci).

img245/7594/1104681468616gh1.jpg

Ainsi, dans Yamibou, Hatsuki est follement amoureuse de sa soeur adoptive Hatsumi, qui a le bon goût d'être une cruchotte muette...Sachiko, dans Marimite, plisse lègèrement la lèvre inférieure en présence de Yumi ( et comble de l'érotisme : elle accepte même ses chocolats à la St Valentin ) , Chikane dans Kannazuki représente bien l'adage "L'amour est aveugle" en se pâmant secrétement d'amour pour la cruchotte ultime : Himeko.

Ce n'est qu'avec la présence d'une certaine fragilité et l'existence de défauts que la brune ténébreuse parvient à trouver des compagnes dignes de ce nom ( Natsuki dans Mai Hime ... comment ça je suis pas objective ? Pas grave c'est MON blog hi hi hi / Ray dans Ray ... oui je sais c'est pas shoujo ai mais j'aime bien ce titre... ) d'où la régle numéro 2 : la brune ténébreuse gagne sentimentalement a être imparfaite voire faible même si elle attire les personnes instables mentalement ( ce qui lui évite de l'être...cf : Chikane )

Enfin, la brune ténébreuse, même discrète et bien éduquée, est souvent pourvue d'un caractère de chien : toute brune ténébreuse qui se respecte se doit d'être jalouse sans le dire, voire possessive... la plupart sont un chouia monomaniaques ( Hatsuki ne pense qu'à retrouver Hatsumi, Chikane ne pense qu'à ... enfin elle ne pense qu'à Himeko , Natsuki ne pense qu'à venger sa mère, Ray ne pense qu'à retrouver les traces de son passé ...) , de plus, elles peuvent être naturellement autoritaires et directives.

img182/2903/14ab8whmt0.jpg

Régle numéro 3 : La brune ténébreuse est suffisemment canon pour tout se permettre.

Enfin, la brune ténébreuse est un personnage torturé, qui cache sous son silence le poids d'un lourd secret/d'un passé douloureux/de nombreuses obligations étouffantes/d'un destin non choisi, voire le cumul de plusieurs de ces élements...qui lui feraient péter les plombs si elle n'avait une personne chère à leur coeur/ un groupe d'amis faisant contrastant avec cet univers et qu'elles cherchent à préserver à tout prix en souffrant en silence.

img182/8306/chikanecc7.jpg

Régle numéro 4 : la brune ténébreuse est torturée et péte les plombs si on lui retire sa soupape de sécurité.

En d'autres termes : la brune ténebreuse est un volcan sous la glace et c'est, en plus de son physique irréprochable, la raison pour laquelle elle est si populaire.

Repost 0
Published by Minipoussin - dans Articles
commenter cet article

Articles Récents

Pages

Liens