Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

6 mai 2006 6 06 /05 /mai /2006 00:00
Oniisama E / Tres Cher Frère

Disponible en France

 

Deux coffrets DVD - 39 épisodes + les 20 épisodes de la série dans sa version française censurée
En vente sur Animamea Shop

L'Histoire :

Nanako, jeune fille timide et naïve, intègre une prestigieuse école de filles. Mais sa vie tranquille bascule le jour où elle rejoint le club des roses, club très select, composé uniquement de filles de bonnes familles au physique irréprochable.
Intrigues, cruautés et convoitises hanteront désormais le quotidien de la jeune fille.
A travers une correspondance avec son mystérieux frère, Nanako nous dévoile les tourments d'une jeune adolescente en quête d'identité


Et là, on se demande ce en quoi cette histoire se distinguerait d'une série pour jeune fille comme "Candy" ou "Georgie" et dérivés des histoires de jeunes filles isolées maltraitées par des méchants et qui apprennent à s'affirmer au travers de leurs mésaventures...

Tout d'abord, l'auteure de la série, Ryoko Ikeda, change pas mal de choses. Ryoko Ikeda, à l'origine également de la série Versaille no bara/Lady Oscar, aime les situations excessivement dramatiques. Elle aime aussi les personnages complexes, troubles, androgynes et torturés. Elle aime aussi que tous ces personnages aient une histoire, que tous les personnages aient leur importance.
En outre, Ryoko Ikeda aime la France et le romantisme et créé des sortes d'univers parallèle, en dehors de l'espace et du temps, où se mêlent culture occidentale ( et surtout française ) et culture japonaise...elle mélange les époques aussi, on retrouvera aussi bien des tenues ou comportements des années 60's/70's que du 19e siècle anglais ou français ou encore du japon du milieu du 20e siècle ( le manga à d'origine date du milieu des 70's et la série animée a été réalisée en 1991 )

Peu importe finalement le lieu et le temps, ce sont les personnages et les intrigues qui comptent au delà de cet univers "à part".

Chaque personnage de l'histoire d'Oniisama E porte en lui un secret qui le dévore, et chaque secret sera dévoilé au fil du temps sans pour autant donner toutes les clés du mystère, ni résoudre toutes les situations.
__________________________________________________________________________________

Les personnages :

Nanako Misonoo

Personnage principal de la série, Nanako Misonoo est à la base une jeune fille "comme n'importe quelle autre". Plutôt naïve, innocente et sensible au départ, elle donne l'impression d'être la pauvre fille qui se trouve toujours au mauvais endroit au mauvais moment. En vérité, sans le savoir, Nanako est au centre même de l'histoire de la plupart des personnes qui gravitent autour d'elle.
Si au début Nanako est une perpetuelle victime passive d'évenements non maîtrisés et non compris, elle va petit à petit s'endurcir et prendre une place active dans sa propre histoire.

Nanako a une importance multiple dans l'histoire, elle est l'oeil nouveau qui observe et permet au spectateur de découvrir le fil de l'histoire en même temps qu'elle. Elle est aussi le symbole du passage de l'adolescence à l'âge adulte. Enfin, elle est la personne qui fera imploser l'univers dans lequel elle évolue, même si cela se passe malgré elle.

 

Saint Just / Rei Asaka

S'il y a un personnage marquant dans cette série, un personnage dont on se souvient et qui "donne le ton", il s'agit de Rei Asaka alias Saint Just.

Saint Just est une jeune fille de 17 ans au physique plus qu'androgyne. Elle a été surnommée ainsi par l'ensemble des elèves de l'école en référence au révolutionnaire français.
Bien qu'elle soit naturellement douée, intellectuellement autant que physiquement...et qu'elle soit l'une des trois coqueluches du lycée ( avec Kaoru no Kimi et Mlle Miya ), Saint Just est un personnage profondément torturé et autodestructeur.

Durant toute la première partie de la série, Saint Just est la plupart du temps complétement droguée par les tonnes de médicaments qu'elle avale, se soumet aux pires humiliations infligées par Mlle Miya alors qu'elle est par ailleurs totalement libre et insoumise, et est incapable de s'intéresser au monde qui l'entoure.

La seule personne véritablement proche d'elle est Kaoru qui tente sans cesse de la secouer mais baisse peu à peu les bras devant le comportement ingérable et autodestructeur de Rei et sa passion morbide et mystérieuse pour Mlle Miya, la présidente du "club de la rose".

Fukiko Ichinomiya alias Mlle Miya

Elle est la présidente fière et froide du très select "Club de la Rose" dont Nanako fera partie "sans en connaître la raison".
Fukiko n'aime que ce qui touche à la grace, la beauté et la fierté. Il s'agit d'un personnage trouble également...il est impossible d'emblée de savoir ce qui se cache derrière son masque. Fukiko peut se montrer tour à tour autant protectrice et bienveillante que froide, stricte voire sadique (notamment avec Saint Just). Fukiko cache également un certain nombres de secrets...qui expliqueront par la suite l'intégration de Nanako au club de la rose, malgré ses origines et son apparence modestes, et son comportement ambigue vis à vis de Saint Just.

Kaoru no Kimi

img356/8366/chrkaoru15uq.jpg
Kaoru est le personnage fort et sain de la série. En apparence, elle respire la vie et c'est souvent elle qui tente de montrer aux autres "le droit chemin". Elle est la seule à s'opposer d'emblée et ouvertement à Fukiko, en refusant d'intégrer le Club de la Rose. C'est aussi elle qui prend la défense des personnes "en faiblesse" et c'est elle qui tente de sortir Saint Just de son comportement autodestructeur.

Cependant, Kaoru est terriblement malade et elle a , elle aussi, un certain nombre de secrets.

 

Takehiko Henmi

img356/304/chrtakehiko2km.jpg
Le fameux "tres cher frère" auquel sont destinées toutes les lettres de Nanako n'est en fait pas son véritable frère.
A l'origine, il s'agit d'un professeur stagiaire auquel Nanako a demandé d'être "son frère" au travers d'une relation epistolaire.
Cependant, Nanako ignore qu'elle est bien plus liée à cette lui qu'elle ne le pense et qu'il s'agit de la raison pour laquelle il a accepté d'être "son grand frère".
C'est à la fois un personnage à la base "absent" et pourtant terriblement présent dans l'histoire...que ce soit au travers des lettres envoyées par Nanako ou des secrets qui seront dévoilés au fil du temps.

Mariko Shinobu

img356/8594/chrmariko15jz.jpg

Mariko est une "copine" de classe de Nanako qui sera également élue comme membre du "Club de la Rose".
Mariko est le premier personnage à montrer une personnalité trouble, sombre et ambigue.
Elle est excessive en tout, possessive à l'extrême, voire manipulatrice et auto destructrice. Cependant, comme le manichéisme n'a pas sa place dans le monde de Ryoko Ikeda, on découvrira également que Mariko est tout simplement une fille "en souffrance" qui pourra se réveler être une personne pleine de vie , de caractère, et une amie fidèle.

Tomoko Arikura

img356/2763/chrtomoko14wj.jpg

Personnage secondaire mais qui aura son importance également dans l'histoire. Elle est la meilleure amie de Nanako, et restera un "point de repère" durant toute la série.
Tomoko est une personne nature, saine et pleine d'humour et permettra à de nombreuses reprises à aider Nanako à remettre les pieds sur Terre et à ne pas sombrer.

_________________________________________________________________________________

Thèmes et reflexions personnelles


Le thème principal de la série est de toute évidence le passage de l'adolescence à l'âge adulte pour Nanako. Cela m'a pas mal fait penser au film d'Utena "Apocalypse de l'adolescence" : le monde dans lequel évolue les petites filles doit littéralement imploser pour leur permettre de passer à l'âge adulte et à une certaine liberté d'action et de pensée.
Et en ce qui concerne Nanako, son monde va effectivement totalement imploser...qu'il s'agisse de son monde intérieur, que de sa vie et même le monde qui l'entoure.

Le Club de la Rose représente l'institution sociale, celle qui n'est pas remise en cause. Toutes les elèves, exceptée Kaoru, rêvent d'en faire partie. Nanako va y entrer "par erreur" et s'attirer la haine et le rejet de l'ensemble des autres elèves, que ce soit les membres ou les non membres du fameux club.
Elle n'y a effectivement pas sa place. Et c'est avec un oeil naïf et extérieur qu'elle va observer ce qu'il s'y passe, malgré une tentation naturelle pour ce que ce club offre aux jeunes membres. Pourtant, la puissance du club, tout comme celle de Fukiko, ne repose absolument sur rien...rien d'autre que le pouvoir que lui donnent les elèves, celles qui en font et n'en font pas partie.

img236/6734/nanakodoll1px.jpg



Il y a là un autre sujet particulièrement cher à Ryoko Ikeda : la révolution sociale. On retrouvera d'ailleurs le thème de la Révolution Française dans "Les roses de Versailles"/Versailles no bara, alias Lady Oscar en France.

Le Club de la Rose crée des différences entre les éléves...certaines étant jugées comme "au dessus" des autres et pouvant bénéficier d'un certain nombre de privilèges.

De la même façon, Fukiko ressemble étrangement à la Marie Antoinette de Versailles no bara. Elle est elle aussi ambivalente et complexe, sujet de l'amour, la crainte, et la haine des personnages qui l'entourent. Elle est aussi la représentation humaine du clivage social au sein du lycée et de la volonté de le perpetuer.

Enfin, au delà des thèmes prédominants, on retrouve le traitement des personnages , leur psychologie et leur histoire.
Il n'y a jamais aucun manichéisme chez Ikeda, et aucune limite "morale". Le lien passionnel et quasi incestueux d'amour et de haine qui unit Rei et Fukiko reste incompréhensible à toute personne extérieure.


Rei est un personnage troublant mais impossible à "cerner", on sait rarement ce qu'elle pense ni si elle se soucit d'autres personnes que de Fukiko ( même pas d'elle même puisqu'elle se détruit en permanence). Fukiko semble être un personnage profondément antipathique mais ne peut être limitée à cela, car elle n'est dans le fond, ni noire, ni blanche.
De la même manière, Mariko est le premier personnage psychologiquement effrayant à se dévoiler dans l'histoire...et même Nanako qui est profondément naïve éprouve une certaine méfiance vis à vis d'elle. La découverte de ses "secrets" permettront d'assainir un peu "l'ambiance" même si la mise à jour des secrets n'est pas une "solution" dans la vie et ne résout rien.

Il est à la fois agréable et douloureux de voir que chez Ryoko Ikeda, il n'y a jamais tout à fait de "Happy End". Il n'y a rien d'évident, tout se paye, tout à un coût...la vie est faite de drames plus ou moins importants. La fin de l'histoire elle même sera mi figue mi raisin mais passera pour "heureuse" après la somme de drames qui se seront accumulés tout au long de l'histoire.

Le traitement du sentiment amoureux est aussi assez "japonais"...l'amour est soit extrême et passionné, soit léger et superficiel.
Les relations ne sont pas toujours définies dans l'histoire et c'est au spectateur de saisir toutes les nuances sans pour autant mettre un mot dessus.
La relation avec Nanako et "son frère" est ambigue (contrairement à l'occident où c'est le père qui représente l'homme idéal la plupart du temps, au Japon, c'est souvent le "Grand frère" qui est le prince charmant dont rêvent les jeunes filles), pourtant elle niera toujours en être amoureuse et cette relation restera dans le pur et l'innocent.

De même, les sentiments extrêmes de Mariko pour Nanako au début de la série n'ont pas forcément de mot pour les définir : on pourrait croire qu'il s'agit là d'une passion amoureuse, ou d'une amitié amoureuse...mais dans le fond il s'agit surtout d'un profond désespoir, d'un vide et d'un désir de possession.
Mariko "jette son dévolu" sur Nanako dès le premier jour, sans la connaître, après l'avoir vu avec Tomoko. Je pense que si c'était Tomoko qui s'était trouvée dans la même classe, c'est sur Tomoko que Mariko aurait projeté son affection.
Car Mariko est une fille qui souffre avant tout, elle non plus n'est ni noire ni blanche, ni "saine" ni "malsaine"...c'est un être perdu qui ne sait pas comment exprimer une véritable souffrance.
Nanako essuira plusieurs tentatives de meurtres en quelques mois et pourtant elle reste et continue de fréquenter les personnes concernées...est elle elle même si "pure et innocente" que cela ?
Non, car personne ne l'est.


Ce monde est un monde où tout le monde est profondément malade, physiquement ou mentalement...et où il est pourtant possible de sortir des choses et des relations qui restent "belles" malgré tout.

Homosexualité/ Hétérosexualité

Comme dans beaucoup d'anime japonais pour filles, on est là dans un monde ou les "cases" n'ont pas lieu d'être.
Nanako tombe amoureuse de Rei, Mariko de Kaoru...sans que cela pose question. De même la passion de Rei pour Fukiko ne pose pas question. La relation Rei/Kaoru est parfois évoquée comme "plus que de l'amitié" sans pour autant que cela soit de l'amour. La plupart des filles de l'école sont fans soit de Saint Just soit de Kaoru, qui sont les figures les plus "masculinisées" de l'école...on pourrait alors dire qu'il s'agit là d'une affection "par défaut".
Pourtant les personnages ne sont ni homos ni hétéros, ils ont des sentiments pour une personne à un moment donné.
On pourrait dire que les deux personnages les plus "lesbiens" de la série sont Saint Just et Mariko. Saint Just par nature, Mariko par un rejet non dissimulés des hommes. Pour Mariko il est absolument inconcevable qu'une de ses amies puisse entretenir une relation, ne serait ce qu'épistolaire avec un homme et c'est un sujet de déception sans fin pour elle.

img356/4488/sisters9he.jpg


D'un autre côté, on pourrait critiquer l'idée sous entendue que l'amour "adulte" est ici forcément hétérosexuel tandis que l'adolescence permet de rester dans un certain trouble.

Les "adultes" ne sont pas forcément valorisés non plus, notamment les pères...qui sont tous soit absents, soit infidèles.

Enfin, le déroulement de la série se fait plutôt dans la lenteur d'action. Pourtant, malgré ce sentiment de "lenteur", chaque episode montre une avancée ou un evenement qui précipite la suite.
Oniisama E est constitué comme un puzzle savant où rien n'est fait/dit au hasard.

La version française

"Suite au succès TV de la célèbre Lady Oscar, TF1 décida de diffuser une autre série de Ryoko Ikeda. C'est ainsi qu'en avril 1993 Très cher Frère a été programmé dans le mythique Club Dorothée noyé dans la masse des séries phares et gentillettes.

Mais Très cher Frère s'intégre mal au reste de la programmation. Très vite la chaîne décide de taillader les épisodes et d'épurer la traduction. En effet, au fur et à mesure des semaines, il apparaît évident que cette série est destinée à un public beaucoup plus vieux que le public du Club Dorothée. Mais rien n'y fait. Les différentes censures opérées sur le dessin animé ne parviennent pas à faire de Très cher frère un programme de jeunesse.

La décision de TF1 est alors radicale : elle décide d'interrompre la série au bout de 7 épisodes"

A l'époque où l'anime a été diffusé, il paraîssait encore évident à un public occidental que "dessin animé = enfants". En l'occurence, Oniisama E n'était diffusé qu'à une heure tardive au japon et signalé "interdit au moins de 18 ans". La même erreur avait pourtant été commise quelques années plus tôt par TF1 avec la série "Ken Le Survivant".

Homosexualité, tentatives de suicides, mort,  humiliations et violences diverses, psychologie complexe des personnages...même en censurant et en corrigeant les dialogues ( affligeant d'ailleurs pour les quelques passages que j'ai pu voir en français ) il était impossible de rendre la série cohérente et compréhensible.

Je n'aurais jamais pensé que KAZE aurait pensé à sortir cette série intégrale sous titrée sous forme de coffrets, non seulement parce qu'elle n'est pas toute jeune, parce qu'il y avait peu de chance que le public s'en souvienne ( j'ai du voir un ou deux épisodes sur les septs diffusés en France  et je n'en avais pas un souvenir marquant ) et enfin, parce que la série n'est pas forcément "tout public" et qu'elle peut tout aussi bien être passionnante pour certains que d'un ennui mortel pour d'autres.

Partager cet article

Repost 0
Published by Minipoussin - dans Shoujo Ai - Yuri
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Pages

Liens