Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 21:20

1/ La lesbienne coureuse de jupons

Exemple  : Shizuru dans Mai Hime/ Otome, Haruka dans Sailor Moon, Shizuma dans Strawberry Panic, Sei dans Marimite...

C'est sans doute le profil le plus exposé concernant les lesbiennes dans les animés et manga. Les personnages lesbiens mattent sans vergogne, séduisent tout ce qui bouge et n'hésitent pas à profiter de leur situation de femme parmi les femmes pour satisfaire leur penchant. Dans certains cas, les femmes le lui rendent bien ...dans d'autres, il s'agit d'un prétexte à la création de scènes comiques

La raison principale : le FAN SERVICE ! 

Dans ce cadre, la représentation des lesbiennes sert juste au spectateur masculin de projection de ce qu'il pourrait faire s'il était lui même une femme.  La femme qui aime les femmes peut se trouver dans certains lieux interdits aux hommes sans eveiller le soupçon. De ce point de vue, la lesbienne sera perçue comme un danger invisible aux autres femmes. Dommage seulement que ce mode de pensée s'imprègne autant dans la société : si cette "dualité" sera généralement plutôt représentée sous un aspect comique dans les animés, la notion de "danger" reste présente dans notre société.

img525/9799/beachrr8.jpg

 

Autre idée commune dans ce type de personnage: une femme assumant son orientation sexuelle se comportera de façon plus libre et ouverte par rapport à la sexualité en général. Là aussi un point de vue masculin : "si j'étais plus libre qu'est ce que je ferais :  j'en profiterais à ma manière" d'où ce côté "coureuses de jupons" associé aux personnages lesbiens. 
Beaucoup de lesbiennes en auront fait l'expérience au court de leur vie : un bon nombre de femmes se considéreront automatiquement comme des "proies" potentielles à partir du moment où elles savent qu'une personne qu'elle fréquente est lesbienne. Nous avons là aussi une transposition des rapports hommes/femmes à l'homosexualité. 
Les hommes et les femmes évoluant très largement dans un rapport de séduction, il sera considéré d'emblé qu'une femme aimant les femmes et/ou un homme aimant les hommes fonctionnera de la même façon. Cette conception des choses oublie une notion importante : les lesbiennes ne sont pas des hommes et les gays des femmes...le rapport de séduction se basera alors sur plus qu'une différence biologique. 
Cependant, je pense réellement qu'une personne ayant accepté une orientation sentimentale différente de l'orientation majoritaire aura les cartes en main pour se montrer plus libre sur la question sexuelle. Cela n'est pour autant pas une généralité tant chez les homos que chez les hétéros et ne transforme pas toute personne du même sexe en proie potentielle ( à moins que cela ne soit un fantasme inavoué de la personne projetant cette pensée sur l'homosexuel(le) de son entourage ).

img73/6434/himemiteqh9.jpg

 

Enfin, une troisième raison plus relative à la psychologie de ces personnages : elles draguent tout ce qui bouge parce que, dans le fond, cela n'a pas d'importance. Shizuma ou Sei ayant le coeur brisé, cette forme d'amusement est un moyen de vivre plus légèrement.

2/ La lesbienne monomaniaque à tendance psychopathe

Si les animés regorgent d'amours malheureuses et non partagées, les femmes qui aiment les femmes sont parmi celles qui ont le plus tendance au pétage de plomb ou à se prendre pour Dark Vador à un moment de l'histoire. C'est le cas de Shizuru dans Mai Hime ou Chikane dans Kannazuki no Miko...
Enfermée dans le secret d'un amour qu'elles pensent impossible, tout en côtoyant au quotidien l'objet de leur affection...il arrive forcément un moment où les efforts deployés pour contenir leur passion leur explose à la figure sous forme "d'énergie négative".

img479/2164/1148399851627vx6.jpg


Ce type de personnages est souvent plébiscité par bon nombre de fans d'animés, pour différentes raisons. On retiendra en premier lieu le charisme propre aux personnages mi anges/mi démons...qui "cassent" indéniablement avec le lot de cruchottes habituellement proposé...
En second lieu, c'est l'image romantico/érotique qui jouera : alliance d'une passion amoureuse exclusive et de la tension sexuelle liées au secret dans laquelle le spectateur peut parfois se reconnaître ( qui n'a pas connu un amour malheureux et au delà de cela, cette forme d'amour à sens unique n'a t elle pas tendance à se nourrir d'elle même ?)

Ma théorie personnelle concernant la force de ces personnages un peu tragiques concerne autant la culture homo qu'hétéro : après plusieurs siècles d'amours contrariées dans les romans, les films etc...l'homosexualité est un moyen de renouveler le "genre" romantique (cf : succès de Brokeback Moutain). Il n'existe aujourd'hui que peu de situations qui n'aient déjà été traitées sous un angle "classique". En outre, l'évolution de la société fait que les situations d'amours impossibles ( sauf amours à sens unique ) se font rares...difficile alors d'obtenir une intensité romantique suffisante pour toucher le public sans faire appel au fantastique ( Dracula...Star Wars ... ), à l'histoire  ou ... à l'homosexualité. 
Concernant la population homosexuelle...l'accessibilité à la culture homo est tellement récente qu'à la rigueur, tout semble bon à prendre...le bon , comme le mauvais.
img525/8899/bscap0004ui1.jpg

Comme il n'y a rarement que du positif dans l'histoire, l'image de la lesbienne monomaniaque psychopathe reste lié à une autre idée de "danger" potentiel pour celle qui ne partagerait pas ses sentiments. S'il y a d'une part la vision d'un romantisme féminin qui s'exprimerait de façon plus passionnée et plus violente que le romantisme masculin ( plus généralement lié à l'image du chevalier courtois ) , il y a d'autre part l'instabilité psychique mise en avant...la notion du "n'est pas forcément ce qu'elle semble être"..et généralement au bout, même lorsque les sentiments sont partagés, l'impossibilité de la construction d'un amour épanouie dans cette configuration.

(à suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Minipoussin - dans Articles
commenter cet article

commentaires

Liz 01/05/2011 12:06



Je suis tombée plutôt par hasard sur ton article et, je ne peux pas repartir sans t'en fécilité !


Tu analyse tout très bien c'est vraiment intéressant.

Donc félicitation et bonne continuation ;D 



d 16/01/2010 10:41


sauf que dans Kannazuki no Miko c'étais juste une stratégie si tu a bien suivit l'histoire 


Lise 30/04/2008 15:30

Je reste persuadée que la tendance "oh mon dieu c'est une lesbienne je ne l'approche plus" risque de durer encore un moment. Et pourtant... Comme tu l'as dit, c'est loin d'être la norme. Et pi à toutes les filles hétéros qui pensent ca: qu'est ce qu'il faut être narcissique pour penser ca quelque part! Parce que ok, j'aime les filles, mais pas TOUTES les filles. Est ce qu'elles iraient sauter sur leur voisin ventripotent et barbu (je n'ai rien contre le père noël) sous l'unique prétexte que c'est un homme? (j'ose en douter). Par conséquent, je ne vois pas pourquoi on le ferait. Et puis je vois pas ou est le problème... Si j'avais une lesbienne monomaniaque et pyschopathe à mes trousses et si elle était aussi sexy que Chikane, Etoile ou Shizuru, j'irais pas me plaindre. (bon, je courrais un peu devant histoire de la laisser m'attraper et sortir "oh non, c'est maaaaal" mais je serais pas contre)(Je suis vraiment désolée pour toutes les débilités que je peux être amenée à sortir...)

Kuga 01/11/2007 20:20

*_* ... telement vraien fait on trouve une lesbienne dans ennormement d anime/mangaet en regle general, si le theme principale n est pas une romance entre femme, la lesbienne n'est jamais presenté comme une personne equilibréGirls Bravo => monomaniacTsuyokiss => coureuse de juponset on retrouve ca jusque dans des series comme Bleach : monomaniac uniquement la pour le coté comiqueu_u tout l monde aime les lesbiennes mais pour beaucoups : uniquement en anime*attend le 'mai 68 gay' *

Minipoussin 02/11/2007 01:20

J'y crois moyen au mai 68 gay, cela dit , si tu cherches l'origine de la gay pride , c'était un peu ça :-)

MARIE-Quijoux 07/08/2007 11:04

Tout d'abord bonjour,et bravo ti poussin.Ton site,tes analyses et ton intelligence dont.....géniaux,tout bonnement trés enrichis de ton expérience et de tes connaissance.Je n'ai que trop peu de rapport avec le monde Homosexuel,a tort d'ailleurs,et ce que tu écris ne pousserais presque à devenir Lesbienne(si je n'été pas un mec^^).Je suis un peu (complettement) fande Mai hime.Et je pense que dans Mai HIme,les relations homos,par le biai des deux couples Shizuru/Nat et Haruka/Yukino ne sont pas violemment critiquées,du moin pas de façon péjorative.Je me base sur le fait tout d'abord que Yukino se bat pour son amour malgré sa réserve de sentiments,et si elle aurait "engueulée" sa Haruka sur les propos tenues,se serait tout d'abord a l'encontre de l'image du personnage et se serait un peu la détruire.En suite elle n'irait pas à l'encontre de la femme qu'elle aime et plus encore,qu'elle admire.Et pour finir,le dernier exemple que je sitteraid,sera le fait que malgré que Shizuru couche avec Natsuki sans "son approbation",elles finissent par être ensemble,alors que peut de temps avant Nat sentait de la répulsion contre Shizuru.La preuve que les créateurs ,s'ils n'insitent pas à l'homosexualité,ils ne la réprimendent pas du tout,ils sont pour la tolérance...En même temps c'est normale^^.Voilà donc mon ti point de vu,et pour conclure,Mai Hime n'est-elle pas l'histoire de jeune filles se battant pour leurs Amours,hétéro,homo ou platonique?

Minipoussin 07/08/2007 15:27

Bonjour et merci pour ton commentaire,Concernant Mai Hime, dont je suis une grande fan également, ça n'est pas tout blanc ou tout noir. La représentation de l'homosexualité dans cet animé avait un but principalement de fan service au départ ( ce que je ne critique pas forcément lorsque c'est fait avec subtilité et sensibilité, sinon je ne regarderais plus de séries shoujo ai ). En bref, l'idée au fond est de faire plaisir au spectateur ( masculin en priorité ) bien plus que d'intégrer l'homosexualité dans une égalité sociale. Mai Hime joue un peu sur tous les tableaux à ce niveau, on rappelle que c'est "différent" ou "étrange" même si on reconnaît une certaine beauté fantasmée aux sentiments éprouvés.L'évocation d'un possible avenir entre Natsuki et Shizuru n'existe pas dans la série, mais dans un fanbook...sans doute réalisé après que le succès du "couple" ait été constaté auprès des fans. Cela permet également de satisfaire tout le monde sans trop se mouiller.En gros, ce que je dis, c'est qu'il faut faire un tri. La representation du shoujo ai dans les animés est très majoritairement destinée à satisfaire certains fantasmes ( pas forcément sexuels, cela peut être émotionnels aussi ) ce qui amène parfois à représenter l'homosexualité féminine sous forme de "clichés" , plus ou moins intéressants selon la série. Cela signifie que cette "acceptation" n'en est pas forcément une sur le plan social... c'est un peu comme si on disait "oui,mais..." ...c'est bien beau dans les animés mais il ne faut pas que ça "bouscule" l'ordre social.Mini

Articles Récents

Pages

Liens