Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

26 juin 2007 2 26 /06 /juin /2007 17:16

24 épisodes - série non licenciée en France

img512/977/witchbladeus1ib1.jpg


L'histoire

Masamune et sa fille Rihoko reviennent à Tokyo pour la première fois depuis 6 ans, date à laquelle un tremblement de terre gigantesque a ravagé la ville. C'est ce jour là que Masamune fut retrouvée, amnésique, au point O de la catastrophe, son enfant dans les bras. 
Sans travail, sans logement et sans argent, Masamune tente d'échapper au ministère de l'enfance qui veut lui prendre Rihoko. Cependant, ceux ci parviennent à emporter la petite fille en faisant pression sur la mère. Se ressaisissant, Masamune vole une voiture de police pour tenter de récuperer son enfant. Victime d'un accident, elle se retrouve enfermée tandis que sa fille s'enfuit de son côté. 
Au poste de police, un homme se transforme en monstre et cause un véritable carnage. Au moment où celui ci s'attaque à Masamune, le bracelet qu'elle porte la transforme en Witchblade, une entité surpuissante avide de combat...

img157/9210/bscap0004hu1.jpg
img111/3715/bscap0001um0.jpg



Avis sur la série

La série Witchblade ne reprend pas l'histoire du comic d'origine mais s'inspire de son concept. Il faut donc prendre Witchblade comme une série à part entière et originale. 
La premère partie de la série s'oriente davantage sur l'action tandis que la seconde partie s'attarde sur les rapports entre les personnages et leurs histoires.

L'originalité de Witchblade ne tient pas dans son histoire, ni dans son traitement...mais dans le thème principal, plus mature que les séries habituelles. Les personnages, hormis Rihoko, sont tous des adultes, et plus que des rapports amoureux, l'histoire traite essentiellement des rapports parents/enfants. L'ambiance de la série oscille selon les moments entre le sombre/ dramatique et la légéreté.

img111/8232/bscap0007vq1.jpg


La quête du pouvoir

En première lecture, dans la version "action" de Witchblade, il est question du rapport que les personnages entretiennent avec le pouvoir. 
Dans le cadre des combats, l'impulsion donnée par la montée de puissance est assimilée à une impulsion sexuelle. Les X cons comme les Neogenes sont irresistiblement attirés par Witchblade à cause du pouvoir qu'elle dégage, et elle même ne parvient pas à résister à l'attraction de l'affrontement et de l'energie qui la dévore.

Toutes les personnes qui cherchent à obtenir le pouvoir du bracelet le font pour des raisons plus ou moins assumées, plus ou moins louables. Certains sont à la quête d'une utopique perfection, d'autres cherchent l'affection qu'ils n'ont jamais connus, ou encore la reconnaissance de leur talent...
Seule Masamune identifie clairement la raison pour laquelle elle se bat : sa fille. Et pourtant, elle est la seule qui n'a jamais choisit ou voulu entrer en possession du Witchblade. 

Un tel pouvoir ne se possède cependant pas sans grande contrepartie, et toutes les personnes qui le recherchent  ou l'emploi seront amenés tôt ou tard à en prendre conscience.

Parents / Enfants

Le second thème abordé est plus inhabituel. On retrouve à plusieurs niveaux le traitement de la relation "parents/enfants" dans la série. La représentation "modèle" est bien entendu le lien qui unit Masamune et Rihoko : bien qu'elle soit jeune et considérée comme irresponsable et immature, Masamune aime profondément sa fille et sera toujours prête à tout pour elle, même aux plus grands sacrifices. Plus tard dans la série, la notion de paternité sera également représentée sous sa forme positive, toujours vis à vis de la petite Rihoko.

A côté de cela, on trouve le "père" des Neogènes, dans une quête un peu plus complexe, qui cherche au début absolument à créer des enfants "parfaits" pour transmettre les gênes de son propre père qu'il idôlatre. Mais la découverte de ses véritables motivations, et de sa véritable faiblesse, lui seront fatales.

Les Neogènes elles même, toutes "soeurs" génétiquement, ont une quête d'affection et d'expérience de sentiments humains qui entre en conflit avec la perfection qui leur est demandée. L'une cherchera à comprendre le lien qui unit une mère à son enfant, l'autre cherchera sans cesse l'amour de sa mère.

img116/6684/bscap0003cr8.jpg



D'une certaine façon, Witchblade souligne l'idée que l'enfant n'est pas un objet de réalisation de soi, qu'il ne suffit pas de pourvoir aux besoins matériels d'un enfant pour porter le nom de "père" ou de "mère",  ni de transmettre simplement ses gênes...et que les manquent d'affection et d'attention envers les enfants amènent immanquablement à la catastrophe, à des êtres morcelés et incapables de trouver leur chemin.

Sexy

Difficile d'aborder la série sans traiter du côté "sexy" de l'histoire. S'il y a un élement, hormis le Witchblade, qui ait été repris à la série d'origine, c'est bien la taille des protubérances mammaires des personnages féminins.
Entre Masamune, Witchblade et les Neogenes, il y a la un florilége de femmes avantagées par la nature, au tempéraments différents, qui explique le nombre de figurines liées à l'animé. Cependant, même s'il est difficile d'échapper visuellement à la poursuite de la protèse mammaire perdue...je n'ai pas trouvé l'orientation sexy de la série présentée de façon "lourde".
Le seul moment où je tique c'est lorsque l'on a à faire à des Neogènes qui ont des corps d'adulte et des esprits d'enfants (Maria)

En bref 

Sans être une série révolutionnaire, Witchblade reste sympathique à suivre. Je déplore juste le "cassement" de rythme entre la première et la seconde partie...celle ci semblant plus "classique" et convenue, malgré un final innattendu.

Note globale : 8/10

Partager cet article

Repost 0
Published by Minipoussin - dans Titres et séries autres
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Pages

Liens